Plaisir : la Gironde remet le couvert

Avec “Les 33 positions du plaisir”, le Conseil Général de la Gironde aguiche à nouveau les touristes. Une campagne de com’ qui n’est pas passée inaperçue et excite les opinions. Lancée fin août 2011 sur les ondes radios, sur le web ou en affiches, elle fait la promotion de la région pour stimuler le tourisme d’arrière-saison. Le plaisir trouble la quiétude girondine.
[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xki84m_les-33-positions-du-plaisir_travel[/dailymotion]

Vous pouvez trouver LA position qui saura vous faire vibrer ou exalter votre conjoint


Après la recherche du point G, la campagne de communication flirte à présent avec le célèbre Kâma-Sûtra afin de sensualiser la découverte de la région. Dans un livret électronique disponible sur le site de l’Office de Tourisme girondin, vous pouvez trouver LA position qui saura vous faire vibrer ou exalter votre conjoint. Ces 33 positions correspondent à un lieu ou un domaine de découverte. Avec humour, vous trouverez toutes les positions imaginables en pays bordelais, à condition que cela concerne le patrimoine, le littoral, la nature ou les vignobles. Quant à elle, la 33ème position provoque une véritable explosion des sens et peut se pratiquer en toutes circonstances à la seule condition d’être dans un lieu à caractère romantique.

L’idée est donc venue d’associer directement le G de Gironde au G du point G, synonyme du plaisir absolu

Une étude réalisée en 2008 a permis de définir les freins au tourisme régional. Malgré les arguments jouant en sa faveur comme les grands vins, Bordeaux, l’épicurisme girondin et les plages atlantiques, la région bordelaise n’arrive pas à se défaire de l’image élitiste et du sentiment de froideur qui ont éloignés les touristes. Le Conseil Général a donc mis en avant la découverte du plaisir, de la générosité et des paysages du terroir pour faire sortir la Gironde de ce carcan et la mettre en avant par rapport à ses voisins.
Il y a 2 ans, la Région avait donné le ton avec “À chacun son point G” et su tirer profit de l’ambiguïté de son message. Des Vous ne pouvez pas creer une erreur de blackjack strategie fondamentale tout en jouant. affiches avaient envahi aussi bien le sud-ouest de la France que Paris. Selon Jessica Farrugia, chef de publicité de l’agence TBWA Compact qui a réalisé cette campagne, le principe était de partir sur une communication émotionnelle voire aspirationnelle. “Le plaisir devient le maître-mot. L’idée est donc venue d’associer directement le G de Gironde au G du point G, synonyme du plaisir absolu.” Malgré le second degré de la campagne de com’, le magazine Stratégies en parlait, dès le lancement, comme “une plaisanterie que l’on n’oserait même pas faire en fin de banquet“. Pourtant la région se permet de remettre le couvert dans le même esprit en prenant le parti de créer une tendance lourde.

Il faut voir qui elle fait réagir : les Gros Nazes Graveleux qui en rient Grassement et les Guindés qui en rouGissent 

Cette campagne chatouille notre curiosité et demeure suggestive. Elle ne fait pas le bonheur de tout le monde… Certaines personnes choquées par la campagne ne sont pas convaincues de l’humour potache qui s’en dégage. Les blogueurs aussi s’intéressent au débat comme Lunerousse : “Cette campagne, je la trouve à contre courant du substrat de la Gironde. Elle est sans intérêt et choque. Il faut voir qui elle fait réagir : les Gros Nazes Graveleux qui en rient Grassement et les Guindés qui en rouGissent”… Certains apprécieront. David s’inquiète de l’honneur de sa région : “Ne vaut elle pas mieux ? ridicule”.


Heureusement, les 33 positions du plaisir font aussi des heureux : “Oui de l’audace, oui de l’humour ! Oui la Gironde vaut le coup !” selon clo31 et MMD se montrant encore plus enthousiaste : “C’est G..énial, G…éant ! Il fallait oser.” La publicité doit être retenue et attiser la curiosité : elle a donc touché son but. Un point d’ombre quand même à cette réussite : le budget. Source de nombreuses contestations de la part des Girondins, la campagne du Point G a coûté 1,4 million d’euros à la région.

Si le second degré n’est pas apprécié de tous, il faut reconnaître que la Gironde fait parler d’elle. Pendant ce temps, le livret des “33 positions du plaisir” attend sagement des lecteurs avertis sur le site du Conseil Général. Il excite juste assez la curiosité pour aller tester ces positions en pays girondin et créer soi-même un séjour coquin ou romantique à souhait.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn