Tours.fr : site 3ème génération

Tours.fr : site 3ème génération par Stéphane Favereaux   Conçu en interne, le site de Tours se veut être un outil interactif, participatif, mettant en place la complé-mentarité entre print et web. La direction de la Com-munication reconnaît cependant ses imperfections et mise sur une montée en puissance progressive.     Tours.fr Tours.fr est en ligne depuis quelques semaines. Sa conception diffère des deux précédentes générations de sites en ceci que Jean Breillat, responsable du service Communication, souhaitait une réalisation en interne et – appelant de ses voeux l’appropriation de l’outil par les différents services de la Mairie – la mise en place d’une mutualisation des contenus avec des correspondants dans chaque service. Un dispositif permettant des mises à jour pratiquement journalières pour que le site soit aussi réactif que possible, mais aussi pour développer une réelle complémentarité avec le journal de la ville, Tours infos.En dépit de cette volonté d’étoffer les outils de communication municipaux, Tours.fr est soumis, selon les services concernés, à des contraintes techniques et budgétaires qui obligent le site à être toujours en construction. Des évolutions vers des contenus plus ludiques – podcasting, photos 3D et webcams – sont nécessaires et devraient à terme trouver leur place.     Un site qui incite… …à l’évolution des mentalités. Pour les acteurs municipaux, ce site doit s’intégrer dans l’environnement culturel tant interne qu’externe. Malheureusement la prééminence de l’écrit est toujours d’actualité et des suspicions sur les contenus web persistent. Le but de la Mairie est donc de créer l’équilibre entre les supports print et web, en les faisant entrer en résonance, et de trouver le ratio entre les supports et le contrôle de l’information. Même si le site reste encore isolé face aux autres acteurs institutionnels locaux, la complémentarité des supports permettra également de créer du trafic – par un système de renvois – pour amener vers le site ou le journal. Tours.fr trouvera ainsi sa place parmi les supports institutionnels.De plus, ce site n’est pas seulement une intention de communiquer. Il incarne l’action municipale en devenant le vecteur de la communication politique mais aussi d’une communication publique, apolitique, pratique, pour tous.     Le site des usagers… ? Malgré tout, une municipalité n’est jamais assez réactive aux yeux de ses administrés. Il faut donc, selon le Responsable de la Communication, utiliser les outils à disposition pour l’être toujours plus. C’est ainsi que les internautes auront la parole !   En dépit de ces bonnes volontés, les usagers du site ont le sentiment que l’identité de la ville n’est pas suffisamment valorisée. Ils ne se reconnaissent pas dans ce support et nombre d’entre eux en gardent une opinion assez négative… retrouvant sur le site les lourdeurs administratives, ressenties dans le graphisme, le manque de lisibilité et d’originalité. Fort heureusement, tout n’est pas négatif, loin s’en faut. On reconnaît, avec Tours.fr, la pertinence de la simplicité d’utilisation – ouvrant à d’autres cibles l’usage du site – et de l’interactivité avec le Maire, Jean Germain… bien que cette dernière reste à développer. Le président d’une association locale se plait à penser que le site, agrémenté d’un blog bien géré, pourrait être des plus pertinents face aux médias déjà en place à Tours. La demande d’information est patente puisque les administrés estiment ne pas être suffisamment informés dans ce cadre territorial ! Beaucoup souhaitent le développement d’un blog grâce auquel l’échange entre élus et administrés pourrait se mettre en place. En revanche, des réserves sont émises sur le contrôle de l’information nécessaire sur un tel support, et dont certains pensent encore qu’elle arroge une forme de pouvoir.   Tours.fr doit donc encore évoluer à la fois pour la ville et pour ses administrés. La Municipalité, qui en est pleinement consciente, souhaite aller davantage vers la population. Reste à s’en donner les moyens.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn