Pourquoi, en 2011, les ados risquent de débarquer sur Twitter

En ce début d’année 2011, je cède à la tentation de vous livrer ma petite prédiction pour l’année à venir concernant l’évolution de la sociologie de Twitter.

Sans aller jusqu’à rattraper Facebook, il y a fort à parier qu’en 2011 Twitter connaisse une forte croissance dopée par l’engouement des adolescents pour la plateforme de micro blogging aux Etats-Unis comme en Europe. Les deux principaux éléments qui me conduisent à formuler une telle hypothèse sont les suivants :
– Les ados ont besoin « d’entre soi ». Or sur Facebook, Papa et Maman sont désormais aussi mes amis !
– Les SMS, c’est ringard et çà ne permet pas de communiquer avec l’ensemble de sa tribu

Facebook n’offre plus “l’entre soi” générationnel dont les ados ont besoin

Avec plus d’un demi milliard de membre et une moyenne d’âge de 38 ans, Facebook n’est plus un réseau social de niche. Toutes les statistiques publiées par Facebook montrent que depuis 2010, le taux de progression des membres se fait sur la tranche des 55 ans et +.
Durant toute cette année 2010, les parents, les oncles, les tantes ont débarqués sur Facebook ! Si certains ados sont parvenus à cloisonner, pas évident de refuser la demande de contact de papa ou maman !
Où est le problème me direz vous ?! Eh bien, dès lors qu’un ado compte ses parents parmi ses amis sur Facebook, cela va l’inciter à une certaine retenue dans ces posts : il ne sera plus aussi spontané que devant sa bande d’amis. Bref il ne sera plus aussi libre qu’avant ! A mon sens, ceci constitue déjà en soi, une bonne raison de trouver un nouvel eldorado.
La rupture de « l’entre soi » générationnel sur Facebook peut constituer une raison suffisante pour que les ados se mettent en quête d’un nouvel eldorado. Et qui d’autre que Twitter est mieux à même de leur offrir cet eldorado ?!

Les SMS, c’est ringard et çà ne permet pas de communiquer avec sa tribu

A l’heure des médias sociaux et de l’avènement de l’Internet Mobile, les SMS sont sur le point de prendre un sérieux coup de vieux. Deux caractéristiques des SMS peuvent conduire à pronostiquer leur obsolescence et donc leur abandon progressif au profit d’autres outils de communication plus sophistiqués.
Une première caractéristique tient à l’une des limites fonctionnelles du SMS : celui-ci est essentiellement un outil de communication « One To One ».
Il est certes possible d’envoyer un même SMS à plusieurs personnes à la fois mais chacun en conviendra, c’est relativement fastidieux et à quelques rares exceptions (Nouvel an, annonce d’une Naissance) peu de personne pratique régulièrement l’envoi de SMS en groupe. Bref, le SMS reste essentiellement un moyen de communication One To One qui permet à deux individus d’échanger.
La seconde caractéristique tient au caractère essentiellement privé de l’usage des SMS.
La lame de fond du Social Média a changé la donne dans la perception de ce qui relève de la sphère privée et intime et ce qui relève de la nouvelle sphère digitale publique. Je ne suis ni pour, ni contre (bien au contraire !) mais je constate juste que pour nombre d’entre nous à commencer par les plus jeunes, la sphère privé a rétréci (ou changé de nature). Désormais force est de constater que chacun se livre et publie beaucoup plus de choses sur lui-même sur la toile. Au delà même de Facebook, il suffit pour s’en convaincre de voir le succès croissant des services de géo localisations du type Foursquare ou Facebook Place.
Bref, pour les ados, à quoi bon utiliser le média SMS alors qu’il limite drastiquement la publicité qu’ils sont prêts à apporter à leurs prises de paroles ?!
Alors, d’accord, me direz vous, mais Twitter dans tout çà ?!
Eh bien, Twitter, à y regarder de plus prêt, présente bien des avantages : Sur la forme, un tweet n’est guère éloigné d’un SMS. Sur le fond, la plateforme de micro-blogging permet à la fois la plus large publicité des messages tout en offrant le cas échéant l’anonymat et la protection des tweets qui permet aux ados d’une tribu de recréer de l’entre soi.
Hier pour donner RDV à ses potes, Kevin devait envoyer autant de SMS qu’il a d’amis. Aujourd’hui, en un tweet, il peut prévenir toute sa tribu de followers et se géolocaliser en même temps.
Sans aller jusqu’à pronostiquer le déclin de Facebook, il faut bien comprendre que celui-ci devenant « Mainstream », il ne permet plus à ses membres de se différencier. Dès lors, en plus de Facebook, les ados en quête de différenciation pourraient choisir de cultiver un autre espace digital …. sur Twitter.
Qu’en pensez vous ?

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Une pensée sur “Pourquoi, en 2011, les ados risquent de débarquer sur Twitter

  • 2 février 2011 à 17 h 32 min
    Permalink

    Je trouve l’article intéressant mais je suis en profond désaccord avec…

    Tout d’abord, si quelqu’un est gêné par la présence de ses parents sur Facebook, pourquoi ne joue t-il tout simplement pas avec ses listes ? Facebook permet de bloquer les infos non ?

    De plus, en quoi Twitter peut-il remplacer Facebook ? Les utilisations n’ont pas grand chose à voir en dehors des pseudos. Quid des photos par exemple ? Comment les partager avec mes contacts ?

    Par ailleurs, le SMS est effectivement un moyen de communication One to One. Mais c’est justement son but, non ?
    Mais admettons comme vous le dites que le SMS soit “ringard”, et que le tweet donne effectivement l’avantage de contacter plusieurs personnes en même temps. Je n’ai que 140 caractères, alors comment contacter tous mes amis en même temps ? A moins que je ne leur adresse pas directement, mais je prends alors le risque de me retrouver tout seul à ma soirée :/

    Dans la théorie, votre vision des choses n’est pas mal. Mais dans la pratique, elle est impossible Je tweete ma soirée, tout le monde vient. Ok. Mais comment je fais lorsque je n’ai que 2 amis sur Twitter ? Parce que je n’ai pas l’impression que Twitter grimpe tant que ça en France.
    En revanche, publier mon événement sur Facebook présente un vrai intérêt, car tous mes contacts peuvent le voir. Voici pourquoi Facebook n’augmente aujourd’hui plus beaucoup chez les jeunes, ils y sont déjà tous !

    Répondre
  • 2 février 2011 à 18 h 20 min
    Permalink

    Bonsoir.

    Je suis également de l’avis de Luc et pas d’accord avec votre opinion.

    Twitter se démocratise mais reste (très) confidentiel chez les ados en France et le restera en 2011. Sa visibilité est différente et moindre chez les jeunes.

    A peine plus de 2% des utilisateurs twitters ont entre 500 et 1000 followers. Moins de 25% des “twittos” trustent 90% des tweets publiés.

    Seuls 4% des 13-17 ans et 13% des 18-25 ans ont un compte Twitter ce qui signifie qu’ils sont encore moins nombreux à l’utiliser régulièrement (chiffres fin 2010 – source : http://goo.gl/od2E1)

    Comment voulez-vous qu’il “rameutent” leurs contacts ou ami(e)s aussi facilement et de la même manière que sur FB ?

    Les SMS sont loin d’être ringards. Si c’était le cas, les opérateurs mobiles ne chercheraient plus à développer autant d’offres commerciales alléchantes autour du SMS.

    Je vous invite à lire mon blog “tendance web” sur http://chrystopheoleon.expertpublic.fr/ pour en savoir plus sur le sujet.

    😉

    Répondre
  • 2 février 2011 à 21 h 50 min
    Permalink

    Juste un mot pour préciser que je partage totalement les analyses de Luc et Chrystophe…

    Non, les SMS sont loin d’être ringards, surtout avec les forfaits “SMS illimités” qui sont légion. MSN n’est pas mort non plus, et je prédis plutôt que les ados privilégierons cet outil autant que le chat Facebook plutôt que Twitter, ce réseau… formidable mais plus subtil, complexe et intimiste.

    Enfin je trouve l’équation “ça marche au Etats-Unis, ça marchera en France dans 1 an” un peu simpliste : si ça marchait pour l’industrie du disque dans les années 70, c’est plus complexe pour les usages du net aujourd’hui. On l’a bien vu avec le “modèle Obama” peu exportable en Europe…

    Bref, mon cher Hervé, je t’avais prévenu dès ma première lecture : “je ne suis pas d’accord avec vous mais je me battrai pour que vous puissiez le dire”… surtout lorsque ça a le mérite d’ouvrir le débat 😉

    Répondre
  • 3 février 2011 à 10 h 38 min
    Permalink

    moi pour les ados, je miserais plutôt sur foursquare dans un premier temps, puis combiné avec twitter ensuite.: quand ils vont réaliser quels potes twittent dans le coin ..ils vont s’en emparer.et cela viendra, de toute façon, plus vite qu’on ne croit !
    Le risque est que la “qualité rédactionnelle” dans twitter s’en trouve diminuée. Mais les follows et followers ne seront pas, non plus, dans la même bulle.

    Répondre
  • 3 février 2011 à 17 h 49 min
    Permalink

    @Sophie > Facebook a déjà mangé un gros morceau de Foursquare en lançant Facebook Places. Je n’y crois donc pas non plus…
    Encore une fois, je pense que c’est une question de masse. Tout le monde est sur Facebook, pourquoi partir ailleurs et prendre le risque de se retrouver seul ? C’est une forme du phénomène de “passager clandestin”.

    Répondre
  • Ping : Non, Twitter n’attire pas (tous) les ados. | Blog-territorial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *