French Impact : naissance d’un label agitateur d’innovation sociale dans nos territoires

Le mois dernier, ce ne sont pas moins de vingt territoires, pionniers dans l’innovation sociale qui se sont vu décerner le label « Territoire French Impact ». L’objectif de ce dispositif ? Placer la capacité d’innovation de l’Economie Sociale et Solidaire au service des politiques publiques. Cela tout en apportant à ses acteurs, généralement de taille modeste, un soutien à la fois économique et opérationnel, leur offrant ainsi de nouvelles perspectives.

L’économie sociale et solidaire : un catalyseur pour la transformation des territoires de l’Hexagone

Les bénéfices engendrés par l’économie sociale et solidaire (ESS) sont totalement non lucratifs puisqu’ils sont réinvestis au service d’une cause. Coopératives, mutuelles, associations ou encore fondations, ces structures s’avèrent très protéiformes. Avec un maillage de 200 000 entreprises, plus de 2,3 millions d’emplois et 10 % du PIB national et 15 millions de bénévoles associés sur l’ensemble du territoire, autant dire que l’ESS représente un poids lourd de l’économie française (source : Ministère de l’Économie et des Finances).
Aussi, les entreprises qui forment l’ESS investissent toutes sortes de secteurs tels que la santé, les services (banques et assurances coopératives par exemple), l’aide au logement ou à l’insertion professionnelle, le sport, le numérique, l’agriculture, etc.

Le French Impact, qu’est-ce que c’est ?

Si l’ESS est à l’origine de solutions innovantes pour de nombreux enjeux de société, elle souffre néanmoins d’un manque de visibilité auprès des décideurs politiques et des investisseurs. C’est en ce sens qu’intervient le label French Impact, lancé l’an dernier par les pouvoirs publics.
Sa mission est de libérer l’innovation sociale et de la remettre au cœur des réponses aux défis sociétaux qui changeront la vie des Français – transition écologique, économie inclusive et solidaire, réussite éducative, équité territoriale et accompagnement générationnel. Sur le modèle de la French Tech, cette « bannière nationale » cherche à fédérer l’ensemble des acteurs de l’innovation sociale et environnementale en France.
En parallèle, le ministère de la Transition écologique et solidaire a créé le label « Territoire French Impact », afin de mieux accompagner cette dynamique au niveau des territoires. Ce dernier doit lui répondre aux objectifs suivants : soutenir le financement des innovations sociales, lever les freins réglementaires, renforcer les synergies territoriales, diffuser une culture de la coopération, promouvoir l’impact concret de l’innovation sociale et enfin inspirer les politiques publiques.

Vingt candidats obtiennent le label

En juillet dernier, Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’économie sociale et solidaire et à l’innovation sociale, a lancé un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) destiné aux acteurs de l’innovation sociale qui peuvent se regrouper en collectif à cette occasion pour tenter d’obtenir la labellisation.
Cinquante territoires ont déposé leur candidature. Vingt ont été retenus : Aix-Marseille-Provence, Clermont-Ferrand, Est Ensemble, Figeac, Le Mans – Sarthe, Lyon-Métropole, Mayotte, Montreuillois, Nantes Métropole, Pays de Grasse, Région Bretagne, Région Normandie, Région Nouvelle-Aquitaine, Roissy Pays-de-France, Roubaix, Strasbourg Eurométropole, Territoire Lédonien – Cluster’Jura, Territoire Olympique 2024, Valence-Romans et enfin la Vallée de la Marne.
Parmi les initiatives à noter, la Métropole de Clermont-Ferrand – dont la candidature est portée par un collectif issu d’un centre d’innovation sociale (Cisca) – cherche par exemple à répondre à trois grands défis : devenir le laboratoire des futures mobilités durables, développer une alimentation respectueuse de l’environnement et démocratiser le numérique chez tous les publics. Le territoire du Mans-Sarthe, où l’économie sociale et solidaire représente 15 % de l’emploi salarié privé dans le département, vise pour sa part à réussir la transition énergétique, à explorer les nouvelles mobilités et à travailler sur le « bien vieillir » de sa population. Ou encore, le département d’Outre-mer de Mayotte a pris comme objectifs de formaliser son économie, d’aller vers le zéro déchet et de devenir un territoire « Pilote Régional de l’innovation sociale » pour réduire les inégalités connues dans l’Océan Indien.
Cette labellisation offre aux bénéficiaires l’accès à des soutiens financiers, des facilitateurs publics et des entreprises engagées ainsi que le renforcement de leur visibilité par le biais d’évènements. Le but est d’obtenir des résultats concrets et mesurables pour les territoires. Affaire à suivre puisqu’en juin prochain, un nouvel appel à manifestation d’intérêt aura lieu !

Sources :
*Ministère de l’Économie et des Finances

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *