Atelier démocratie participative

Les 13 et 14 novembre 2013, l’Institut français de Jordanie, en collaboration avec Al Rai Center for Studies, a organisé un atelier dédié au thème de la démocratie participative. Cet atelier, tenu à l’hôtel InterContinental-Jordan, a mobilisé de nombreux acteurs jordaniens et français impliqués ou souhaitant s’impliquer d’avantage dans le domaine de la démocratie participative. Ces deux journées furent l’occasion de rencontres et d’échanges sur les outils et les méthodologies de consultation et de participation citoyenne.

Depuis une vingtaine d’années, les expériences de démocratie participative se sont multipliées en France, voire systématisées ; et dans le même temps, les outils de cette approche consultative se sont développés et affinés. En Jordanie, les observateurs que nous sommes ont vu poindre ces dernières années de nombreuses initiatives allant en ce sens, traduisant une volonté de développer des méthodes de concertation publique et de participation citoyenne.

Dans ce contexte, et grâce au soutien du programme Fonds d’Alembert, dédié à la valorisation du débat d’idées, l’Institut français de Jordanie et Al Rai Center for Studies ont créé les circonstances en organisant deux demi-journées d’atelier pour que les acteurs de la société civile jordanienne (associations, urbanistes, architectes, sociologues,…), les élus des 12 différentes circonscriptions de Jordanie, les cadres administratifs jordaniens et des experts français puissent se rencontrer, créer des liens, et échanger sur les différentes méthodes de démocratie participative.

Profitant des dernières élections municipales jordaniennes qui se sont déroulées en aout 2013, cet atelier fut l’occasion de réunir pour la première fois l’ensemble des nouveaux élus jordaniens et de les sensibiliser aux pratiques de participation citoyenne. L’institut a également fait appel à des experts français spécialisés dans l’animation de concertation/consultation afin de venir partager leur expérience et connaissance dans ces domaines afin de répondre à la demande locale croissante : Étienne Ballan, de l’Institut de Consultation et du groupe scientifique de recherche GIS “Démocratie et participation” et Eric André de l’agence de communication “Sennse”, spécialisée dans l’urbanisme et la consultation.

De nombreux intervenants jordaniens et français sont venus présenter leurs initiatives en se concentrant sur les méthodes et outils de consultation mis en pratique. Chaque présentations fut suivie par une session de questions et de réponse. La présence de nombreux élus et représentants officiels du gouvernement jordanien parmi les participants a donné lieu à de nombreux débats qui sont retranscrit dans un compte-rendu de l’atelier publié par notre partenaire jordanien Al Rai Center for Studies. Chaque session s’est terminée par un déjeuner interactif durant lequel l’initiative jordanienne FADFED a invité les participants à prendre part à un débat ouvert sur les questions de démocratie participative en Jordanie en inscrivant leur opinion sur de grands panneaux blancs. Ce débat fut également mis en ligne sur les réseaux sociaux et les résultats furent analysés et ensuite présentés lors du déjeuner de la deuxième journée d’atelier.

Al Rai Center for Studies. Photos : DR

 

Cet atelier a eu pour objectif de réunir l’ensemble de ces acteurs pour mener une réflexion sur les différentes voies, méthodes et moyens de travail en consultation étroite avec les citoyens jordaniens dans le cadre de conduite de projets structurants. Il a constitué une plateforme visant à stimuler l’échange d’expériences et de connaissances dans le but d’accompagner le développement des pratiques consultatives au service de la démocratie locale et au bénéfice de tous les habitants. A l’issue de cet atelier, le centre Al Rai Center for Studies a formulé le vœu de profiter du réseau établi lors de ces deux journées pour poursuivre, avec le soutien l’Institut français de Jordanie, ce genre de démarches et de créer en son sein une plateforme dédiée au thème de la démocratie participative. D’autre part, les maires ont exprimé leur volonté et intention de créer une association des maires de Jordanie afin de renforcer la représentation des pouvoirs locaux au niveau national. Dans la lignée des prochaines étapes de ce projet, l’institut français de Jordanie pourrait à l’avenir créer les circonstances pour que les maires jordaniens puissent rencontrer un représentant de l’association des maires de France.

 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *