Ca bouge à Lyon Confluence

Vous avez déjà entendu parler de « Lyon Confluence » ? Je parle aux non-Lyonnais !

Il s’agit d’un grand projet initié par la ville de Lyon pour réaménager les 150 hectares de friche industrielle qui se situent à la pointe de la presqu’île à la confluence entre la Saône et le Rhône. L’objectif de ce projet est d’ouvrir le centre-ville en rendant les berges aux habitants à un horizon fixé à 2030 pour la fin des travaux. Dix ans de concertation publique ont été nécessaires pour arrêter les grandes orientations du projet d’aménagement et ses objectifs urbanistiques. La phase qui se déroule actuellement vise à déterminer les caractéristiques définitives de chaque élément du site de Lyon Confluence.

Une idée lumineuse

Une consultation a été lancée en janvier 2011 concernant l’« Îlot P », dernière pièce du puzzle, un ensemble de 3 immeubles totalisant 12 500 m2 au cœur du quartier Confluence à proximité de la future place nautique. C’est le projet « Hikari » (lumière) porté par l’architecte japonais Kengo Kuma, l’agence CRB architectes et Bouygues Immobilier qui a remporté la mise. Ce projet se développe autour de 3 bâtiments nommés « Higashi » (est), « Minami » (sud) et « Nishi » (ouest) qui accueilleront chacun : commerces, bureaux et logements. L’idée force de chaque immeuble est de faciliter la diffusion de la lumière naturelle au plus profond des bâtiments via une architecture audacieuse, partant de parallélépipèdes pour y creuser des puits de lumières.

Air du temps oblige, le projet met en avant les économies d’énergie et le développement durable : chaque toit recevra des panneaux photovoltaïque pour couvrir la consommation de 160 foyers, la géothermie et le choix de matériaux peu énergivores viendront également s’ajouter au « cocktail » pour aboutir à un ensemble que devrait consommer « entre 50 et 60% de moins que les normes de la réglementation thermique actuelle » d’après les techniciens du groupe Bouygues.

Pour en savoir plus sur le projet « Hikari » voir la vidéo ici.

Louis Thomas

 

 

 

 

 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *