Tu l’as testé ton site internet ?

Vous avez convaincu votre élu de refondre le site internet de votre collectivité. Ça y est, il est prêt, après des mois de travail. Vous appuyez sur le bouton. Il est en ligne. Tout beau tout neuf. Mais votre grand-mère l’a t’elle testé avant ? Gare aux éventuelles déconvenues.

126dd9a9d448be08_large

Les 10 conseils pour rédiger un cahier des charges suivis, le prestataire a été choisi, la charte graphique définie, les rubriques organisées, les liens avec les réseaux sociaux en place, les contenus saisis, et hop, le nouveau site internet est en ligne. Plus moderne, plus simple, plus pratique, comme il se doit.
Êtes-vous sûr que tout est ok ? Qu’en pensent vos visiteurs ? Un petit test utilisateur peut être le bienvenu pour détecter quelques erreurs grossières que personne n’a vu.

Pourquoi tester son site internet ?

Vous avez le nez collé sur votre site depuis des mois, à travailler sur ses rubriques, le titre de chaque page, ses textes, illustrations… Tout est clair et chaque élément est à sa place. Faire tester votre site à une ou plusieurs personnes extérieures au projet, et encore mieux, extérieure à votre collectivité, est un bon moyen d’apporter un regard neuf sur ce qui est devenu évident pour vous mais pas du tout pour quelqu’un qui découvre votre site. C’est aussi et surtout le moyen de vérifier l’usabilité de votre site : est-il techniquement facile à utiliser ? Sur ordinateur, mobile, comment votre site se comporte-t-il au survol et au clic de la souris ou du doigt sur différentes zones ? Votre utilisateur ne doit pas se sentir perdu et toujours comprendre où il se trouve.

Quels résultats apportent un test ?

Des intitulés de pages naturels pour vous mais qui n’évoquent rien pour vos usagers, un bloc contact positionné à droite de votre page, que personne ne voit, une belle carte Google Maps dont personne ne comprend quel service elle apporte, parce que non légendée… Ce sont quelques résultats concrets de tests effectués récemment sur le futur site de Bordeaux Métropole. Identifiés à temps, ces problèmes peuvent être facilement résolus. Certains test peuvent être menés dès la phase de conception graphique et le maquettage afin de vérifier la bonne compréhension de l’organisation de votre site internet.

Quels sont les moyens pour réaliser un test ?

Un procédé simple et peu coûteux est possible, en interne. Un scénario sur les éléments que vous souhaitez vérifier, un protocole précis, une grille d’analyse prête à être complétée, un animateur et un ou deux observateurs suffisent pour obtenir des résultats exploitables.

Pour aller plus en profondeur et effectuer un test dans les règles de l’art, faites appel à un expert avec le matériel adéquat : ordinateur connecté à internet avec un logiciel d’enregistrement d’écran, une caméra qui filme le testeur pour analyser ses réactions, un enregistreur sonore pour mémoriser ses remarques. Un dispositif complet garantira des possibilités d’analyse plus précises mais aussi plus longues à déchiffrer.

Combien de testeurs faut-il prévoir ?

Prévoyez des habitués de votre site internet et quelques personnes qui ne connaissent pas le site actuel mais potentiellement concernées par les informations que votre collectivité diffuse. Choisissez des personnes de sexe et d’âge différents ayant un niveau de pratique différent d’internet, de l’utilisateur occasionnel à l’accro du smartphone. Comment les trouver ? Par annonce sur votre site, les réseaux sociaux, la presse locale… Le bouche à oreille fonctionne aussi.
Selon Jakob Nielsen, et nous avons pu le vérifier, cinq ou six personnes suffisent pour détecter ce qui fonctionne bien et ce qui ne fonctionne pas.
Pensez à un petit cadeau symbolique pour remercier vos participants.

Quel scénario pour son test ?

Idéalement, prévoir 45 à 60 minutes par personne pour une expérience significative. L’exercice doit être individuel afin de vous concentrer sur le comportement de l’individu face à votre site. Rassurez la personne volontaire en lui précisant que c’est le site qui est testé et non elle. Il ne peut y avoir de mauvaise manipulation ou fausse réponse de sa part.

Recueillez dans un premier temps son impression générale en la laissant parcourir librement la page d’accueil et quelques pages intérieures. Observez bien comment elle déplace le curseur de la souris, où elle clique, quelles sont ses hésitations ou ses certitudes. Faites lui préciser par oral une réaction particulière observée.

Ensuite demandez-lui de chercher certaines informations se trouvant à différents niveaux de votre site : comment contacter tel service, où télécharger un formulaire, trouver les horaires de tel établissement… Votre testeur trouve-t-il ces informations rapidement ? Par où passe-t-il ? Le menu de navigation, le moteur de recherche ? Par un autre moyen (y compris en saisissant directement la requête dans Google) ? Ces quelques manipulations vous éclaireront rapidement sur les comportements de vos visiteurs et les éventuelles faiblesses de votre site à corriger.

Marc Cervennansky à partir du travail réalisé par Stéphane Verdier, webmaster et intégrateur web à Bordeaux Métropole
@cervasky

Photo : Joan Fulton screaming in “I’ll Be Yours.” 1946 – Photographe : Martha Holmes

Chronique parue initialement dans la newsletter de Cap Com

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *