Nosdeputes.fr, la nouvelle terreur des parlementaires !

Par Luc Bernard

Voici une nouveauté apparue sur la toile qui risque bien de bouleverser le quotidien de nos élus législatifs. Nosdeputes.fr, site né de la collaboration entre les fondateurs de deputesgodillot.info et de regardscitoyens.org, se propose de suivre à la trace les 577 députés de la législature.

Comment ça marche ?  A l’appui d’une finition simple et claire, ce nouvel observatoire de l’activité  parlementaire propose de visionner le profil de chaque député  et d’y voir le graphique de leurs activités sur les 12 derniers mois. Pour chacun, il est ainsi possible d’examiner le champ lexical utilisé durant les assemblées, le nombre de mots prononcés, mais aussi le taux de présence dans l’hémicycle. Ainsi, ce ne sont pas moins de 300 000 interventions, 30 000 amendements ou encore 60 000 questions écrites qui sont collectés sur l’actuelle législature. Quelques 240 dossiers traités par l’Assemblée nationale sont également disponibles en ligne. Enfin, tous les internautes peuvent se retrouver dans la rubrique “citoyens” afin d’échanger au sujet des députés ou de la vie de l’Assemblée nationale, ceci entrant dans le cadre de la “démocratie représentative” qu’évoque Tangui Morlier, l’un des membres du collectif.   Valoriser ou contrôler? Ce dernier affirme que l’utilité première de ce site sera de valoriser les travaux des députés. Une façon de mettre en place le site sans heurter la sensibilité des élus ? Rien n’est moins sûr, car le but plus ou moins affiché de cette création n’est autre que de les piquer à vif dans leur quotidien, plus ou moins chargé ! Certes, certains députés vont pouvoir surfer sur la “vague valorisatrice” de nosdeputés.fr, mais il est évident qu’aucun cadeau ne sera fait aux habitués de “l’assemblée buissonnière”.

Ainsi, il n’a pas fallu attendre pour voir les premières railleries se manifester sur la toile. L’une des personnalités  “stars” de l’hémicycle, Jack Lang, s’est tout simplement fait “dépouiller” de toute crédibilité en quelques secondes, et surtout, en quelques “clics”. Difficile de s’imaginer sa capacité à représenter les citoyens si celui-ci ne se présente pas plus de 4 fois aux assemblées en 12 mois. Mais, des dizaines de députés français sont dans un cas tout à fait similaire.    Les électeurs français pourront donc suivre à la trace leur représentant, sachant qu’un sondage de l’internaute.com révèle que 97% des français s’estiment lassés par l’attitude absentéiste des députés. Prendront-ils le soin de tenir compte de ce moyen de pression publique, pour endosser pleinement leur rôle législatif ?  Les temps s’annoncent durs à l’Assemblée …

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

6 pensées sur “Nosdeputes.fr, la nouvelle terreur des parlementaires !

  • 15 octobre 2009 à 5 h 22 min
    Permalink

    Edifiant…certains sont de vrais cancres, peut-être faudrait-il proposer une prime à l’assiduité ? 😉 Non ça ne fait pas rire, il y a de quoi se poser la question “à quoi sert un député ?” et quelle évaluation avoir de leurs actions (quand il y en a) ?
    Il manque au site quelques informations sur le statut du député, rémunération, avantages, retraite, fiscalité…bref tous leurs bonus. Jack Lang notamment zéro pointé, peut-il s’expliquer ?
    A quand la version http://www.nossenateurs.org ?

  • 16 octobre 2009 à 0 h 32 min
    Permalink

    Merci pour l’article. Un petit détail, vous écrivez : “ceci entrant dans le cadre de la “démocratie participative” qu’évoque Tangui Morlier, l’un des membres du collectif.” Où avez vous trouvé ce propos ? Il ne me semble pas l’avoir affirmé. Je crois que notre site s’inscrit dans une noble version de la démocratie représentative où les citoyens s’intéressent à l’activité de ceux qui les représentent.

  • 16 octobre 2009 à 2 h 42 min
    Permalink

    Monsieur Morlier,

    Dans l’article de lexpress sur le même sujet (que vous trouverez ci-dessous), vous y évoquez la phrase suivante:  “Nous tenons la démocratie participative en haute estime”. Je me suis donc permis de récupérer les termes de “démocratie participative”.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/nosdeputes-fr-un-site-pour-evaluer-son-depute_786518.html

  • 17 octobre 2009 à 1 h 51 min
    Permalink

    Je n’avais pas remarqué cette erreur sur l’article de l’Express. Je ne lui avais pas parlé de démocratie participative mais bien de démocratie représentative. Je vais lui demander de corriger. Pourriez vous en faire de même ?

    Merci !

  • 23 octobre 2009 à 7 h 31 min
    Permalink

    Voilà qui est corrigé en “démocratie représentative”

Commentaires fermés.