La concertation locale : illusion ou participation ?

Aujourd’hui a lieu à Paris une rencontre sur le thème “La concertation locale : entre illusions et bonnes intentions“, organisée par les agences IDcommunes et ResPublica-Conseil. Ce deuxième volet d’un cycle de trois conférences (Nantes, Paris et Bordeaux) a pour objet de stimuler la réflexion sur les modalités et la pertinence de la concertation locale. Comment donner à chaque acteur sa place et son efficacité au sein d’une concertation ? Cet espace de réflexion politique, fortement valorisé par les citoyens et les élus, est en effet au cœur du développement de la démocratie locale. Cependant, les élus expriment régulièrement leurs craintes et leurs difficultés avant une concertation, et les citoyens leurs frustrations après les débats.  L’objectif, pour tous, est une prise de décision, nourrie des discussions, sur un projet que la population pourra s’approprier. Il s’agit donc pour les collectivités d’organiser des débats constructifs et instructifs. Pour cela, elles ne peuvent faire l’économie d’une communication efficace. Une insuffisance de communication Les faiblesses de la concertation, constatées aujourd’hui, se retrouvent comme autant de lacunes de communication avant, pendant et après la concertation. [avant] Plusieurs attentes coexistent, émanant des différents acteurs intervenant dans la prise de décision : dirigeants, experts, citoyens usagers. Une communication précise permet d’éviter une trop grande distorsion entre les objectifs et les besoins. Pour les élus, un besoin de légitimation et d’adhésion à un projet de grande envergure. Pour les experts une explication et une vulgarisation des aspects techniques. Pour les citoyens, un besoin de proximité et d’appropriation des changements conséquents à venir. [pendant] Dans la gestion des débats, certains écueils peuvent être évités comme le manque de représentativité dans les assemblées, par une circulation préalable plus fluide de l’information, dans un registre et un langage appropriés. Une information incomplète nuit à l’objectivité, à la confrontation, à la compréhension et à l’émergence d’un consensus. [après] Une faiblesse est constatée sur le retour d’information vers les citoyens usagers de la part des élus locaux quant aux discussions. La communication sert beaucoup également à une survalorisation de la concertation publique. Celle-ci est mise en avant par les élus comme un objet de légitimation sacré de leur action, par le biais des presses municipales. Le “projet citoyen”, “l’action commune citoyenne” sont autant de concepts utilisés dans le retour communicationnel des élus afin de susciter l’adhésion de la population, mais ne correspondent pas toujours à la réalité. Guide de la concertation locale Le retour d’information se doit d’être basé sur une expertise précise de la concertation locale. Un souhait exprimé également au sein des rencontres sur la concertation locale, est celui d’un échange d’expériences dans la mise en oeuvre de la concertation. C’est ce qui est proposé à tous les acteurs publics sur le site Démocratie participative et débat public : Pratiques et connaissances. Ce site contient une présentation précise de la méthodologie et des concepts relatifs à la concertation, ainsi qu’un lieux d’échanges d’expériences. La communication doit être un vecteur du renouvellement des méthodes de concertation, de créativité et de démocratie participative. Pour des informations supplémentaires, l’Association Française des Conseils en Affaires Publiques a mené en 2002 une conférence sur le thème “Débat publique et concertation: illusion démocratique”. Un compte rendu de cette rencontre est disponible sur le site de l’association. Customer Reviews at eShopperForum.com

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Une pensée sur “La concertation locale : illusion ou participation ?

Commentaires fermés.