Facebook n’est pas mort, Facebook devient le web

dictature-facebook

Il y a quelques mois encore, les spécialistes l’annonçaient : les jeunes désertent Facebook, le déclin du réseau social créé par Mark Zuckerberg a commencé. Les chiffres démontrent pourtant le contraire : avec 1,55 milliards d’inscrits dans le monde début 2016, non seulement Facebook progresse encore mais poursuit sa volonté de devenir la plateforme unique de consultation du web.

Oui les jeunes quittent Facebook pour Snapchat et d’autres réseaux de niche, où ils ne sont pas surveillés par leurs parents. Mais Facebook demeure le leader mondial des réseaux sociaux, et la France n’y échappe pas.

Plusieurs nouveautés sont venues enrichir récemment le réseau social avec comme finalité ultime : utiliser Facebook et ne plus en sortir. En faire un média unique, essentiellement consulté sur mobile.

Pour garder ses abonnés et en acquérir de nouveaux, le réseau social a intégré récemment de nouvelles fonctionnalités, et non des moindres :

L’hébergement de vidéos

Facebook offre la possibilité d’héberger ses vidéos, comme sur Youtube ou Dailymotion. La guerre des vidéos à bien lieu. Selon Mediametrie, le temps passé à regarder des vidéos sur Facebook dépasserait déjà celui passé sur Youtube. Nous savons que les vidéos génèrent de l’engagement. Et la lecture automatisée sur son fil d’actualité incite davantage encore à en regarder le contenu.

Articles et Instant Articles

Les articles existent depuis longtemps sur Facebook mais n’étaient guère plus utilisés, apparentés à un simple bloc notes. La fonctionnalité s’est récemment améliorée en proposant une mise en forme qui valorise son contenu, dans une logique de blog. Et ces articles sont référencés par Google, ce qui apporte une visibilité potentielle non négligeable. L’intérêt pour une collectivité est toutefois très relatif. Il reste préférable de publier ses informations sur son site web ou son blog et de créer des liens dans sa page Facebook. N’oubliez pas : sur Facebook vous n’êtes pas chez vous et vous ne maîtrisez pas ce qui s’y passe.

Instant Articles a créé la polémique en incitant les titres de presse nationale à intégrer directement leurs actualités optimisées pour Facebook et le mobile, sans renvoi vers le site du journal. Intérêt potentiel pour le lecteur : il lit l’intégralité de l’article du journal sur son fil Facebook. Inconvénient pour le titre de presse : il perd les visites sur son site et potentiellement des ressources publicitaires.

Limité jusqu’à présent aux éditeurs partenaires, Instant Articles va devenir disponible pour tous d’ici peu. Ici encore, la logique est de ne jamais quitter Facebook.

Réactions

La mode étant à l’utilisation d’émojis pour s’exprimer, Facebook s’y met aussi en introduisant les “réactions” qui viennent compléter l’historique “J’aime” au pouce levé. Désormais vous pouvez exprimer votre passion, votre joie, votre étonnement ou votre tristesse. Rien de nouveau en soi, d’autres réseaux et applications l’utilisent depuis longtemps. Il s’agit de capter ou garder des utilisateurs qui préfèrent cliquer sur un bouton que de rédiger des phrases intelligibles. Je vous renvoie à ce sujet à ma chronique précédente.

Canvas

Une application Facebook pas encore disponible pour tous, mais cela ne saurait tarder. Canvas permet de constituer un récit, uniquement sur mobile, mixant divers médias : vidéos, photos, carrousels, textes, boutons d’action. Un concurrent potentiel de Storify, Medium et autres applications de récits immersifs.

Facebook Live

Le service de streaming vidéo qui veut tuer Periscope, propriété de… Twitter. Jusqu’à présent réservé aux personnalités, Facebook live sera bientôt disponible pour tous et permettra à tout un chacun de diffuser de la vidéo en direct depuis son smartphone.

À travers ces services et fonctionnalités à venir, Facebook déborde largement le périmètre du réseau social. Il est loin le temps où l’étudiant boutonneux Zuckerberg lançait son trombinoscope en ligne pour draguer les filles de l’université. Facebook entend désormais devenir le web à lui tout seul.

Marc Cervennansky
@cervasky / http://memit.com/cervasky

Illustration : Mr Thoms

Chronique parue initialement dans la newsletter de Cap Com

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *