Concertation-débat public et développement durable

Le 23 mai 2012 s’est déroulée une journée consacrée au phénomène de la concertation et à son interaction avec le Développement Durable. J’y intervenais en tant que directeur conseil de Sennse.

Le principe de concertation n’est finalement plus si polémique que cela l’a été il y a quelques années. Il semble avoir été assimilé. Le récit d’anecdotes où les maîtres d’ouvrage ont échoué dans le processus de la concertation, ou ont refusé le débat, a permis aux invités d’illustrer le coût parfois très élevé voire l’échec massif généré par l’absence de concertation ou débat public.

La concertation s’avère également nécessaire dans la transformation de l’objet technique, qui, alors investi d’une valeur sociale, ressort de ces discussions complexifié avec des options enrichies et une finalité clarifiée. En plus d’être un processus qui touche à la démocratie, le débat public démocratise l’objet technique en lui donnant des dimensions parfois inattendues et accessibles. Enfin, plusieurs intervenants ont insisté sur la transformation de la société et la modification des rapports de force induite par la concertation. Les maîtres d’ouvrage se retrouvent en situation de co-responsabilité sur un territoire. Du côté des citoyens, la concertation est aussi l’occasion de mutualiser les connaissances et compétences via la création de groupes de travail et d’associations. Plusieurs intervenants ont exprimé leur surprise (et parfois leur désarroi) quant au niveau très élevé des débats, dans lesquels les citoyens s’élevaient au rang des experts. En ce sens, la concertation permet de générer une intelligence collective qui dans le meilleur des cas ne dure pas seulement le temps du débat ou de la concertation.

La valeur du projet pour les citoyens dépendra de la dimension sociale apportée à l’objet technique. En cela, une discussion en profondeur avec les parties prenantes, au travers d’un débat public en particulier, permettra de déterminer comment le projet peut accompagner le développement du territoire.

En conclusion, les intervenants se sont tous accordés à reconnaître un lien entre la concertation et le développement durable, puisque celui-ci est intrinsèquement lié à la société civile, qui doit être partie prenante des transformations proposées.

Eric André

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Eric André

Après un double cursus en droit public et en géographie, j’ai débuté ma carrière en tant que chargé de mission au Parlement européen, puis collaboré à la DATAR, avant de devenir assistant parlementaire au Sénat. Curieux des pratiques de démocratie participative, alors en éclosion, j’ai rejoint un cabinet de conseil en aménagement, en 2000, avant de créer l’agence EA Conseil quelques années plus tard. Je suis désormais directeur conseil responsable du pôle concertation et débat public. Attaché à la géographie, comme clé de compréhension des faits politiques et culturels, j’ai présidé l’association des cafés géographiques et poursuit une collection de manuels scolaires en géographie et d’atlas anciens. Pour me contacter e.andre@sennse.fr