Parrainages 2007 : les élus locaux en ont marre

Parrainages 2007 : les élus locaux en ont marre L’arroseur arrosé. Rachid Nekkaz, candidat en recherche de signatures André Garrec, maire de Noron-la-Poterie, avait défrayé la chronique pour avoir mis son parrainage en vente aux enchères. Profitant de l’occasion d’une opération de communication vers l’extérieur, la machine médiatique s’est retournée contre lui en direct. Rachid Nekkaz, candidat à la présidentielle, avait fait mine de lui remettre un chèque de 1550 euros avant de le détruire et de déclarer devant les caméras qu’il n’était “pas prêt à tout”. Le tout orchestré par LCI. Bilan : zéro signature mais un coup médiatique pour deux. RACHID NEKKAZ RACHETE UN PARRAINAGE Le Conseil Constitutionnel avait déjà statué. “Un maire a fait savoir publiquement qu’il présenterait à l’élection présidentielle le candidat qui apporterait aux associations de sa commune le meilleur financement”, venait de publier quelques instants auparavant le Conseil constitutionnel dans un communiqué. Ni marchandage, ni rémunération Celui-ci tenait “à rappeler que la présentation d’un candidat à l’élection présidentielle est un acte personnel et volontaire, qui ne peut donner lieu ni à marchandage ni à rémunération”. Alors, on tire au sort. Pierre Prodhomme, maire de Saint-Jean-sur-Couesnon Le point commun entre ce maire breton qui parraine Arlette Laguiller et ce conseiller UMP qui donne sa signature à LCR ? Le tirage au sort ! Après Jean-Jacques Aillagon, conseiller régional de Lorraine, qui avait tiré au sort Olivier Besancenot c’est au tour de Pierre Prodhomme, maire non-étiqueté breton, de porter ainsi son choix sur la candidate de Lutte Ouvrière. Ce maire de Saint-Jean-sur-Couesnon, un petit village d’Ille-et-Vilaine, a déclaré : “Depuis quelques semaines, nous, les maires ruraux, subissons des pressions de la part des représentants des candidats (…) J’ai accompli mon devoir civique. Je souhaite que le 22 avril un maximum de gens aillent voter, c’est la vraie démocratie et c’est eux qui décideront”. Des élus qui protestent ainsi contre le harcèlement qu’ils subissent de la part des représentants des “petits candidats” en particulier et contre le système des 500 signatures en général. Qu’en pensez-vous ? Vote des lecteurs blog-territorial.com Cliquez pour envoyer un commentaire audio

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

10 pensées sur “Parrainages 2007 : les élus locaux en ont marre

  • 16 mars 2007 à 9 h 14 min
    Permalink

    J’ai parfois l’impression d’être la seule à avoir été "choquée" par cette pratique de mise aux enchères. Que ce soit un petit candidat qui rappelle les valeurs auxquelles l’élu ne comprend rien je trouve cela très fort ! Et surtout très inquiétant !

    Il est bien stipulé que l’élu donne son parrainage en son âme et conscience… Rien à faire a-t-il rétorqué ! Je mets ma conscience de côté… Et son âme ? Il la vend ?

    Même s’il ne faut pas être naïf, et que l’on sait qu’il y a toujours quelques "arrangements", qu’un élu le crie haut et fort, le revendique et montre à quel point les valeurs de la démocratie et de la république lui passent par dessus la tête… Au secours !
    Quand je vois cela, je me dis que je peux faire ce que je veux ! Le tout est de trouver de l’argent ensuite tout est permis !
    Ma foi… paraît que dealer ça rapporte bien ! Qu’on ne vienne pas me dire après que ce n’est pas bien ! Rien à faire ! J’ai de la tune ! J’offre c’est tout hein ! Après ils en font ce qu’ils veulent, pas mon problème !
    Et puis on peut extrapoler encore plus loin, et me dire que je peux finalement acheter tout ce que je veux, de la marchandise à l’humain… Puisque toutes les valeurs sont faites pour être bafouées.

    Si un représentant de la république, aussi petit maire soit-il n’est pas capable de porter, allez on va dire montrer, les valeurs de celle-ci, alors je dis qu’on est vraiment très mal barré et qu’il va falloir qu’on m’explique quelles sont les valeurs aujourd’hui que l’on doit apprendre à nos enfants.

    Rien à faire que les élus en aient marre d’être harcelés. S’ils ne sont pas capable de dire non point barre ou de les remettre s’ils le souhaitent par tirage au sort, même si dans la pratique c’est encore en dehors du champ d’application, c’est que quelque part ils ne sont pas à leur place.

    • 16 mars 2007 à 5 h 23 min
      Permalink

      … la seule à être choquée, je ne pense pas.

      Le "petit candidat" qui profite d’une opportunité médiatique pour rappeler au "petit élu" les règles constitutionnelles sous couvert d’éthique personnelle… participe-t-il à donner une bonne image du politique ? Une chose est certaine : ce n’est ni au candidat, ni à l’élu ni au citoyen que profite cette politique-spectacle… alors à qui ?

      Quant au tirage au sort (et au risque de passer pour l’avocat du diable), peut-on vraiment condamner ces "élus d’en bas" font passer comme ils le peuvent un message désabusé à la France d’en haut ? Ceux qui connaissent la réalité du travail de terrain de ces maires de petits villages (ici 300 habitants !) et les conditions dans lesquelles ils l’exercent ne pourront qu’accorder toutes les circonstances atténuantes.

  • 16 mars 2007 à 4 h 28 min
    Permalink

    Complétement d’accord avec ce dernier commentaire.
    Je considère que ces élus ont encore une fois desservi l’image de la politique dans notre pays.

    L’un monnayant sa signature véhicule le "tous pourris" et l’autre en organisant une loterie propage l’image du politicien démissionnaire, celui qui est incapable de prendre une (bonne) décision.

    Il ne faudra pas s’étonner de voir certains administrés venir marchander leurs voix auprès des candidats aux différentes élections qui viennent !

    j’avais fait un petit article à ce propos http://blogouny.free.fr//wordpress/?p=22

  • 16 mars 2007 à 5 h 38 min
    Permalink

    J’aime beaucoup ta phrase…
    Il est trop facile de dire que c’est une manière de faire un appel du pied ! Encore une fois rien à faire que le "petit" candidat se fasse par la même occasion de l’autopromotion, n’empêche, l’élu n’a rien compris dans l’histoire, et c’est cela qui est inquiétant.

    Sous couvert d’éthique personnelle… Voilà ce qu’il manque peut-être…

    Quant au tirage au sort… je suis plus clémente dans mon post.

    • 16 mars 2007 à 6 h 13 min
      Permalink

      Sachant que les élus de ces petits villages… n’ont souvent aucune connaissance juridique et n’ont que de vagues notions de droit public… qu’il y a-t-il de vraiment étonnant ? Souvent l’élu de ces micro-mairies n’est qu’un citoyen qui se dévoue plus que les autres pour sa collectivité… et pour pas un rond, si j’ose dire.

      Alors si je condamne l’acte de la même manière que toi, j’essaie juste de réfléchir aux raisons de ce véritable malaise, plus profondes que cet épiphénomène monté en épingle par les médias. Ce qui soulève un risque tout aussi grave à mon sens : celui que, dans ces petits villages, plus personne ne veuille se représenter.

  • 16 mars 2007 à 7 h 34 min
    Permalink

    Je ne pense pas qu’il faille des notions de droit public ou privé pour avoir de l’éthique… Mais c’est certainement mon côté psychorigide.

    Si le bénévolat permet de faire tout et n’importe quoi… ok je note. Donc lorsque je m’investis de manière tout à fait bénévole j’ai le droit de mettre ma conscience de côté et du coup de vendre mon âme au plus offrant par la suite. C’est qu’on pourrait en faire des choses dans un tout autre registre. Je ne suis pas sûre que les personnes à qui j’ai offert de mon temps et de mon énergie soient complètement rassurées là-dessus.

    Je ne réagis qu’aux propos tenus par ce monsieur qui se voue corps et âme à sa collectivité. Je suis désolée, mais ce monsieur n’a aucune éthique. Et je ne parle pas uniquement de cette video mais également de l’interview qu’il a donné. Quant au maire breton qui a joué sa signature à la roulette, enfin au tirage au sort, cela me dérange moins. Il peut y avoir une réflexion classique sur la démocratie blabla… chacun a le droit de se présenter blabla… Même si encore une fois, c’est en dehors du champ d’application de la remise des signatures. Il en profite lui aussi pour faire sa petite pub…

    Comme si tout cela, c’était la première fois ! Non ! Bien sûr que non ! Mais il y a une grande différence à le médiatiser et ainsi bafouer toutes les valeurs de la république en montrant clairement qu’on ne se les ait pas appropriées et encore moins comprises. Et surtout qu’on s’en fiche totalement !

    Alors s’il ne faut rien dire, parce que les conséquences risquent peut-être éventuellement d’être facheuses, ben ne disons plus rien et laissons faire. Que chacun y aille de son petit caprice.
    On peut quand même faire un rappel à l’ordre. Tout le monde a droit à l’erreur surtout si elle est de bonne foi.

    Ceci étant dit, cela ne remet pas en cause leur travail sur le terrain. Mais à chacun ses responsabilités et de les assumer.

    • 16 mars 2007 à 3 h 10 min
      Permalink

      Le rappel à l’ordre : c’est bien ce qu’a fait le Conseil constitutionnel. Pour le reste, ton jugement est sévère mais je le respecte. En fait, je trouve André Garrec tellement pitoyable, que j’ai du mal à tirer sur une ambulance. Quant à Rachid Nekkaz, je me demande juste si, avant d’ôter la paille dans l’oeil de son frère, il ne ferait pas mieux de chercher une poutre dans le sien… Car en matière d’éthique, je me demande ce qui est le plus choquant : cette opération de communication ratée ou le fait que des candidats nationaux dépensent des sommes exorbitantes dans une campagne présidentielle très "spectacle" pendant que des élus locaux peinent à trouver les budgets nécessaires pour leurs écoles ou associations.

      Quant au maire breton, non seulement cela ne me choque pas mais pour un non-étiqueté je trouve cette démarche très cohérente… Pierre Prodhomme a quand même le droit de ne se reconnaitre dans aucun des candidats et de le faire savoir tout en accomplissant son devoir civique !

  • 17 mars 2007 à 1 h 00 min
    Permalink

    Je ne suis pas d’accord avec ta dernière remarque: ne pas être encarté n’empêche pas d’avoir des idées et de les exprimer.
    L’évantail des candidats est large et toutes les tendances politiques y sont représentées…

    Et quand bien même Monsieur Prodhomme ne se reconnaissait dans aucun des candidats, je ne crois pas qu’il ait été obligé d’apporter son parrainage à l’un d’entre eux…Il a le droit de s’abstenir.

    Il s’agit donc purement et simplement d’un coup de pub.

    • 17 mars 2007 à 7 h 25 min
      Permalink

      Qu’il s’agisse d’un coup de pub, nous sommes d’accord. Quant aux idées, il les a exprimé lors d’une conférence de presse, en toute cohérence avec son geste : ne se reconnaissant dans aucun des candidats, il estime que ce serait aux Français et non aux élus de choisir qui a le droit de se représenter. Une idée de réforme qui rejoint, en fait, celle des petits candidats.

Commentaires fermés.