Les gares, ces nouveaux centres de vie

Lieux de passage obligés, les gares s’apprêtent à monter dans le train du service. En Ile-de-France, avec environ 10 millions de voyageurs de passage chaque jour, elles se transforment peu à peu en centres de connexions suivant l’évolution de notre mode de vie et de consommation.

Des services de proximité dans les gares

Des gares désuètes, peu accessibles, passoires à courants d’air… On a tous en tête des images peu élogieuses de ces halls où l’on attend son train. Pourtant depuis quelques années, les gares abordent une vaste mutation et changent peu à peu de visage.

Paris a vu la Gare de l’Est renaître en 2007 pour l’arrivée de la ligne TGV Est. Plus récemment, la Gare Saint-Lazare s’est offert un lifting spectaculaire mettant à jour des verrières et un hall rénové sur trois étages. Compte tenu de la vétusté du lieu, la transformation tient de la prouesse, d’autant plus que l’exploitation de la gare a été maintenue pendant les travaux. Depuis 2012, cette gare où transitent cent millions de passagers par an est devenu un véritable centre commercial adapté aux horaires des voyageurs. Les enseignes nationales et internationales y ouvrent dès 7h30 le matin en semaine.

A défaut de garantir des trains à l’heure, il devient nécessaire de faciliter le quotidien du voyageur qui part travailler. Des pharmacies, laboratoires médicaux et cordonneries viennent maintenant s’implanter dans les galeries, tout comme les startups proposant des services de conciergerie. On peut aussi retirer ses colis sur le quai grâce au dispositif « Pickup station « mis au point par la Poste. Près de cent trente gares en Ile-de-France sont équipées de ces consignes automatiques. A la petite gare de Pont-Cardinet dans l’écoquartier des Batignolles, on parie même sur le collaboratif en encourageant l’échange de services entre particuliers : bricolage, ménage, déménagement….

Bref, le train du service et de la proximité est en marche. Et qui dit consommation entend aussi achat responsable et durable. Dans certaines gares franciliennes, comme à Ermont-Eaubonne, on peut acheter ses fruits et légumes de la région en descendant de son train le soir. La RATP et la SNCF ont ainsi établi des partenariats avec La Ruche qui dit oui et la startup Bebio qui distribuent des producteurs indépendants. A l’aide de stands installés dans les couloirs, ces entreprises offrent la possibilité de récupérer ses paniers après avoir passé commande en ligne. Le succès est tel que près de soixante-dix gares en France devraient accueillir ces stands d’ici la fin d’année.

Des hubs de mobilités

Faciliter le quotidien du voyageur c’est aussi lui offrir de meilleures conditions d’attente et l’accès à d’autres modes de transport. La Région Ile-de-France a engagé un plan de modernisation de cent cinquante des 455 gares franciliennes d’ici 2025. L’objectif est de les rendre accessibles, sûres, propres mais aussi agréables.

Cette rénovation s’accompagne d’un profond développement des transports en commun. De nouvelles lignes de bus seront ouvertes, des lignes de métro, tramway et RER prolongées, d’autres créées, sans compter la construction du Grand Paris Express et ses 68 gares d’ici 2024. Au cœur de ce renouvellement, les gares sont vouées à devenir des lieux de convergence des mobilités : voiture, bus, vélo, tram, métro, navettes autonomes. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’une startup (Autonomy), va installer Gare de l’Est un laboratoire, Mobility Lab, pour expérimenter des solutions de mobilité efficaces. La redéfinition du rôle des gares n’est ni plus ni moins que de faire gagner du temps aux Franciliens.

A quand des services pour récupérer les enfants à l’école lorsque les trains sont en retard ?

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *