Mettre en place un réseau de contributeurs pour répondre aux enjeux de l’information

Dans son ouvrage Constituer et animer un réseau de contributeurs de site Internet/intranet paru aux Éditions territorial, Dominique Genuer propose des clés pour réorganiser en interne sa collectivité. Un ouvrage pratique qui explique pas à pas les différentes étapes et outils pour mettre en place un réseau de contributeurs.

Pourquoi mettre en place un réseau de contributeurs ?
De plus en plus de collectivités ont recours à des réseaux de contributeurs pour enrichir leurs contenus. La multiplication et la technicisation des medias, la densification de l’information et la volonté des services de communiquer sur leurs activités sont autant de facteurs qui en appellent à une réorganisation interne des collectivités. Il est donc nécessaire d’y mettre en place des “tuyaux” qui permettent une remontée et un traitement efficient de l’information.
L’information joue un rôle important dans les performances d’une collectivité. Sa circulation est source de productivité et le partage des savoirs synonyme d’efficacité. La mise à disposition de données accessibles par tous les agents facilite par ailleurs leur travail.
“Le réseau est producteur d’intelligence collective et d’identité pour la collectivité qui se fait “apprenante”.”
Un réseau de contributeurs a pour vocation à réunir de manière concentrique des acteurs de diverses origines, services et niveaux hiérarchiques. Il est créateur de transversalité. Ses membres y partagent leurs expériences, réflexions, outils, ressources et échangent sur les problèmes qu’ils peuvent rencontrer. Outre le potentiel d’accroissement des performances, le réseau est producteur d’intelligence collective et d’identité pour la collectivité qui se fait “apprenante”.
La création d’un réseau nécessite un investissement en termes de temps et de moyens. En retour, elle présente de nombreux atouts. En plus des dimensions d’échanges, d’entraide, de mutualisation des connaissances et de transversalité, elle favorise la production de contenus nombreux, fréquents, actualisés et variés. Du point de vue de la fiabilité de l’information, les services sont les premiers spécialistes de leur domaine. En participant aux contenus des sites Internet et intranet, ils garantissent une information plus proche des sources.
Dans ce nouveau contexte où le traitement de l’information doit se faire autrement, les rôles changent aussi. Au cœur d’un réseau, webmestre et contributeurs, interagissent avec les autres directions et services de la collectivité. Il devient donc nécessaire de déterminer la place de chacun d’entre eux. Le réseau de contributeurs, par sa transversalité, propose une organisation parallèle à celle des directions et des services. Un système hiérarchique “traditionnel” et un système d’information transversal se côtoient. Chaque acteur doit dorénavant se positionner par rapport à ces deux contextes.
L’implantation d’un réseau de contributeurs bouleverse souvent le fonctionnement d’une collectivité. Il s’agit donc d’adapter la réorganisation et le projet de réseau aux spécificités de la collectivité telles que sa taille, son histoire et sa culture.
Enfin, il est primordial que tous les acteurs directement ou indirectement concernés par le réseau s’impliquent dans cette organisation. La direction générale et les autres directions sont les premières à devoir accorder leur confiance aux producteurs d’information. Il en va de la légitimité du réseau.

Comment se réorganiser ?

L’organisation interne est donc essentielle à la production d’une information fiable, complète et actualisé. Outre la mise en place d’une politique et d’une charte éditoriale, il faut penser et établir des circuits de validation et de production.

“Permettre aux contributeurs de publier directement sur un support exprime une marque de confiance de la part des instances hiérarchique et responsabilise les acteurs.”

Le processus de publication défini le degré de transversalité de l’organisation interne et la place de chacun. Selon les spécificités de la collectivité, différents modèles plus ou moins centralisés peuvent s’appliquer. Les circuits choisis influent sur le fonctionnement du réseau et l’implication de ses acteurs.
Permettre aux contributeurs de publier directement sur un support exprime une marque de confiance de la part des instances hiérarchique et responsabilise les acteurs. Ce type de publication se trouve cependant plus fréquemment dans le cas d’un intranet que dans celui d’un site où le travail d’éditorialisation demande des compétences professionnelles particulières.

Comment animer son réseau ?
L’aspect humain s’avère fondamental au sein d’un réseau de contributeurs. Il permet de favoriser la production de contenus et facilite le partage et l’échange. Faire vivre le réseau comporte plusieurs dimensions : organisationnelle, humaine, pédagogique, communicationnelle et technique. Les tâches sont multiples : accompagner les membres, coordonner leur activité, favoriser et gérer la participation, encourager l’interaction, maîtriser les outils etc.
Pour que le réseau soit productif et dynamique, les contributeurs doivent faire l’objet d’une valorisation. Leur activité doit être reconnue et légitimé par la collectivité. La production de contenu s’appuie sur la (bonne) volonté des contributeurs. Elle doit donc, en retour, comporter des avantages. La professionnalisation des contributeurs est par exemple un moyen efficace de valoriser les agents en reconnaissant leur mission et en développant leurs compétences.

“Il est essentiel de décloisonner les services et repenser l’organisation des collectivités.”

Pour faire face à la surabondance des médias et de l’information à traiter et répondre aux exigences de réactivité, de fiabilité et d’actualité il est donc essentiel de décloisonner les services et repenser l’organisation des collectivités. Cette approche transversale profite au traitement de l’information par les collectivités mais comporte aussi des avantages en interne. Un réseau permet surtout de mettre en relief les compétences et spécificités de chacun, au profit du plus grand nombre.
spy apps for iphone

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn