Hôpitaux : quelle stratégie d’attractivité médicale ?

Alors qu’ils doivent assurer la meilleure de qualité de soin à leurs patients, les hôpitaux publics peinent à recruter des médecins. Face à ces enjeux, la question de l’attractivité est centrale, attractivité du centre hospitalier en tant qu’employeur public, mais aussi celle du territoire. L’image d’un établissement ne saurait en effet être pensée indépendamment de celle de sa région.

La difficulté de recruter des médecins

1 poste sur 4 sur n’est pas pourvu. Le taux de vacance statutaire s’élève à 26,5% pour les postes de praticiens hospitaliers. C’est le constat alarmant que dresse un rapport du Centre National de Gestion du personnel hospitalier datant de 2016. Ce chiffre important s’explique par une forte mobilité professionnelle et géographique parmi les médecins. Après s’être formés plusieurs années en centre hospitalier, les internes partent de l’établissement, soit pour quitter l’hôpital public, soit pour exercer une spécialité dans une autre région. Ce turnover impacte considérablement les hôpitaux qui peinent à recruter des médecins et à les fidéliser.
Ces difficultés pèsent d’autant plus sur les centres hospitaliers qu’ils sont confrontés à un double défi : celui de maintenir un service public de proximité qui offre la meilleure qualité de soin à tous les patients, tout en assurant la continuité de la prise en charge dans le temps.

Face à ces enjeux, c’est l’attractivité de l’hôpital qui est en question. Pour les médecins, l’hôpital est avant tout un employeur public, un établissement où il fait bon travailler, s’épanouir avec des perspectives d’évolution, des moyens humains et techniques mais aussi avec un attachement à des valeurs.
Parmi les critères d’attractivité recensés auprès des internes, figurent ainsi l’accès aux plateaux techniques et aux équipements médicaux, la possibilité de développer d’autres activités telles que la recherche, le travail en équipe, mais aussi les valeurs du service public ainsi que l’intérêt clinique.

L’approche marque employeur

Dans un contexte de concurrence accrue entre hôpitaux, de plus en plus d’établissements adoptent une démarche relevant de la marque-employeur. Il s’agit de rehausser la notoriété de l’hôpital, de valoriser son image mais aussi de développer l’attachement. La stratégie de marque-employeur demande à l’établissement de santé d’investir dans la gestion des ressources humaines et de rendre visibles ses atouts, son identité et ses valeurs tant auprès de ses équipes qu’auprès de potentiels collaborateurs.
Pour accompagner les hôpitaux dans leur stratégie d’attractivité, la Fédération Hospitalière de France a développé des MOOC sur les bonnes pratiques à adopter. La FHF propose ainsi des cours en ligne et diffuse les témoignages de praticiens et de jeunes médecins. Il s’agit de valoriser des expériences menées par des hôpitaux comme par exemple la création d’une filière en gynécologie-obstétrique, la participation de médecins à des projets de recherche ou encore la mise en place d’une équipe mobile de territoire en urologie.

Le double défi de l’image de l’établissement et du territoire

Ces MOOC communiquent également sur des démarches innovantes. On y découvre ainsi la campagne de marque menée par le centre hospitalier d’Angers. En 2004, l’hôpital angevin était confronté à un vrai paradoxe : bien classé au niveau national en tant qu’établissement de santé, il n’arrivait pourtant qu’à la 24ème position sur 28 dans le choix des internes. Afin de changer son image aux yeux des étudiants, l’hôpital a choisi de communiquer sur un ton décalé, jouant avec l’humour carabin propre aux facs de médecine. Avec « Adopte 1 PU-PH », le CHU a réalisé une websérie, devenue un véritable phénomène sur YouTube en 2015. Un an plus tard, l’établissement a renouvelé l’expérience avec une nouvelle campagne, « Céline choisit son internat ». Toute aussi décalée, cette campagne visait à lier l’image de l’hôpital à celle de la ville, en promouvant Angers et ses environs, une région où il fait bon vivre. Suite à cette démarche, le centre hospitalier est passé de la 24ème à la 13ème position dans le classement des internes.

Un hôpital peut bénéficier d’une très bonne image publique, mais les médecins n’y viendront pas si le territoire lui-même souffre d’une mauvaise image… ou d’une mauvaise réalité. La question de l’image ne saurait donc se résoudre à une seule approche de marque-employeur : elle doit se faire en résonance avec l’attractivité globale du territoire, faire partie intégrante de sa dynamique d’attractivité. Il s’agit de renforcer la confiance du corps médical non seulement envers l’établissement mais aussi en l’avenir du territoire et de créer une double fierté d’appartenance, à un établissement et à un territoire.

A lire aussi: le rapport de la FHF sur l’attractivité médicale 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn