Vers des sites publics (enfin) accessibles ?

Quelques mois après la sortie du RGAA 3, où en est l’accessibilité des sites internet publics ? Le progrès est-il en marche ?

Incontestablement, les acteurs publics ont pris la mesure de l’importance de disposer d’un site web accessible aux personnes en situation de handicap. On le voit dans les cahiers des charges où les demandes en termes d’accessibilité numérique se font de plus en plus précises. Néanmoins, en mars 2015, l’association BrailleNet estimait que moins de 4 % des sites internet publics se conformaient au fameux Référentiel Général pour l’Accessibilité des Administrations. La nouvelle version du RGAA, sortie en mai 2015, peut-elle changer la donne ?

Un nouveau label

Le RGAA 3 tient compte de l’évolution du Web et intègre des technologies avancées comme le HTML5. Mais l’essentiel n’est pas là. C’est dans la mise en application que se situe le véritable changement. Un nouveau label, nommé « e-accessible », a en effet été instauré pour inciter les services publics à respecter davantage le RGAA. Concrètement, si les responsables de sites publics atteignent un niveau de conformité minimum et se lancent dans une démarche claire d’accessibilité (désignation d’un référent accessibilité, suivi de l’avancée des projets…), ils pourront prétendre à l’obtention de ce (symbolique) sésame. Plutôt que de pointer du doigt les mauvais élèves, on encourage désormais les démarches positives.

L’accessibilité, une opportunité ?

Et si on arrêtait de considérer l’accessibilité comme une contrainte mais plutôt comme une référence en matière de qualité et un atout pour la communication des services publics ? Parce qu’au-delà de la nécessaire prise en compte du handicap et du simple respect de la réglementation, l’accessibilité apporte une vraie valeur ajoutée. Elle favorise la portabilité des applications, notamment vers les mobiles. Elle constitue une source d’innovation et permet de proposer de nouvelles fonctionnalités aux utilisateurs (vocalisation du site, personnalisation de l’affichage etc.). L’accessibilité s’intègre dans une démarche qualité qui permet d’améliorer la performance des sites (optimisation du référencement et de l’ergonomie). Enfin, elle reste une valeur éthique qui s’inscrit dans les politiques de développement durable des institutions. Alors, l’accessibilité numérique bientôt un choix stratégique ?

Illustration de 4 piliers de l’accessibilité : référencement optimisé, qualité, conformité légale et notoriété

Sources :
references.modernisation.gouv.fr
www.braillenet.org
www.accessiweb.org
access42.net 

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Solène Descaves

Journaliste, chargée de communication, responsable de la stratégie numérique… Pendant 10 ans, mes activités dans les collectivités territoriales ont été riches et variées. De quoi me passionner définitivement pour la communication publique ! Mon crédo ? Ne jamais perdre de vue l’essentiel : le Citoyen, acteur de la cité. Et ne pas oublier de s’adapter au territoire. Aujourd’hui consultante en communication pour l’agence Com6 interactive, j’accompagne les acteurs publics dans la définition et la mise en œuvre de leur stratégie digitale. Mes sujets de prédilection : le numérique, l’innovation, les smart city, les objets connectés, la communication, le marketing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *