Faut-il payer pour être vu sur Facebook ?

Le 26e forum Cap’Com a été l’occasion de se plonger dans les problématiques de communication digitales grâce aux “carrefours numériques”, ces ateliers consacrés aux enjeux du digital abordés avec un angle double, à la fois stratégique et pratique.

C’est dans ce cadre que Cap’Com et ses animateurs de choix détachés sur les carrefours – Benjamin Teitgen et Marc Cervenansky – m’ont proposé d’intervenir sur un sujet qui fait et refait notre actualité, au gré des évolutions du “réseau des réseaux” : “Faut-il payer pour être vu sur Facebook ?

Ce carrefour s’est déroulé autour de deux temps forts qui ont permis de démontrer qu’une bonne connaissance de l’edgerank et une animation de qualité aident à contourner les limites imposées par le réseau et d’obtenir de la visibilité pour les collectivités présentes et de l’engagement de la part des communautés de citoyens.

  • Un volet théorique visait à expliciter le fonctionnement de l’edgerank et à détailler les critères composant l’algorithme (formule mathématique secrète) de Facebook.

[vimeo 116544774 w=600 h=381]

Faut-il payer pour être vu sur Facebook ? Focus sur l’edgerank from Agence Sennse on Vimeo.

  • Un volet pratique illustrait les expériences et actions concrètes mises en œuvre par la Ville d’Arras, brillamment représentée par Damien Filbien, chargé de communication numérique et community manager en chef de la collectivité.

Ce qu’il faut retenir

Les principaux critères de réussite des pages sur le réseau sont :

  • La pertinence du contenu
  • L’engagement avec son audience-cible

Et pour en savoir plus, reportez vous au support de l’intervention

[slideshare id=42567771&doc=pptintervenantscn3forumcapcomnancy4-141210091009-conversion-gate02]

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Camille Roux-Grave

Spécialisée en communication politique et publique, je me suis intéressée très tôt à l'émergence du web participatif qui permet, s'il est bien utilisé, de recréer du lien et de la proximité entre les acteurs publics et les citoyens.
 J'ai donc choisi de placer ces problématiques au cœur de ma démarche professionnelle, pour promouvoir des usages numériques innovants et les démocratiser. Et pour mener à bien mes missions, à 60% twittomane et à 40% facebookienne, je reste 100% connectée.

2 pensées sur “Faut-il payer pour être vu sur Facebook ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *