A quoi sert un TCSP ?

Mais à quoi sert donc un transport en commun en site propre ? La question peut sembler saugrenue tant les qualités des différents projets ont-elles été rabâchées par les uns et les autres. Il est néanmoins une fonction de desserte qui prête encore à débat : celle de l’hyper centre-ville et plus précisément de son tissus commercial. Un TCSP doit-il ou non desservir la traditionnelle zone commerciale de centre-ville français ?

Si la présence de commerces en hyper-centre est bien “traditionnelle”, la nature desdits commerce a largement évolué : ce sont désormais les franchises qui ont remplacé les indépendants. La Brioche Dorée pour la boulangerie, Sephora pour la parfumerie, H&M pour l’habillement, etc. A tel point que ces centre-ville ressemblent désormais aux zones périphériques commerciales, du-moins en termes d’enseignes ! Ce sont néanmoins elles qui sont plébiscitées par les consommateurs français.

A l’exception notable de Montpellier (quoi que la Place de la Comédie puisse être considérée comme faisant partie de la zone commerciale du centre ville), les projets modernes de TCSP ont pour vocation la desserte du commerce d’hyper centre. Soit de façon directe (Strasbourg, Orléans, Saint-Nazaire) soit de façon originale (Bordeaux), le degré d’originalité dépendant des contraintes d’insertion urbaine. Mais cette approche ne s’est pas faite sans un travail conjoint sur la place de la voiture en centre ville : plans de stationnement souvent perçus comme draconiens par des automobilistes perclus d’habitudes, plans de circulation révolutionnaires perdant parfois les riverains et les livreurs des commerces, etc.

Un TCSP ne refait pas la ville à lui tout seul. Il doit s’accompagner de modifications urbaines importantes et d’un travail considérable sur la place de la voiture. S’il est à terme vertueux, son implantation doit s’accompagner d’une importante prise en compte des contraintes locales et notamment de celles rencontrées par les commerçants : l’affaire de la concertation permanente qu’appelle un tel projet. C’est la phase de déploiement de l’infrastructure et ses travaux qui est la plus cruciale pour ceux qui, rappelons-le, font la vie d’un centre ville.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Olivier Genevois

Elevé à la pub des 80′s, biberonné au réalisme du marketing, enthousiasmé par les questions globales liées à la Cité, j’ai co-fondé Sennse avec ce joyeux mélange d’aspirations personnelles et de savoir-faire professionnel. Depuis près de 20 ans je décortique ainsi les enjeux techniques et politiques des institutions, je réponds aux questions très concrètes des opérateurs de transport, je partage les réflexions d’avenir des urbanistes, je me confronte aux exigences divergentes des usagers-consommateurs-citoyens. Ce qui me laisse tout juste assez de temps pour un ou deux marathons par an, la course à pied étant à la fois une passion et une nécessité pour maintenir un équilibre serein. Pour partager quelques kilomètres : o.genevois@sennse.fr ou @Olivier_Sennse sur Twitter. Et pour lire des choses moins sérieuses vous avez www.mots-surannes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *