Harcèlement et licenciements abusifs dans la FPT

Harcèlement et licenciements abusifs dans la FPT   Bernard Béguin  part en croisade. Suite à son “appel du 6 juin” lancé sur le portail P com’ Publique pour recueillir des témoignages d’échecs de carrière causés par de mauvais traitements, un Observatoire des pratiques en matière d’emploi a vu le jour sur le site de l’U.N.P.C.P1. La “méthode BB” contre le harcèlement et les licenciements abusifs ? La thérapie de groupe et, pourquoi pas, la création d’un grand prix “Bonnet d’Âne”.   Près de 10 % des salariés (soit environ 2 millions de personnes) subissent des humiliations ou violences morales sur leur lieu de travail. Quatre ans après la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, certaines mauvaises pratiques subsistent pourtant dans le secteur privé comme dans les collectivités.   Harcèlement, brimades, mobbing (de l’anglais to mob, molester) ou encore bullying (de the bully, le tyran)… autant de mots pour décrire des situations inadmissibles pouvant mener à la démission, à la dépression, ou – dans les cas extrêmes – au suicide. L’Observatoire des risques juridiques des collectivités territoriales s’interroge : « Comment démêler le vrai du faux ? Comment déceler les situations à risque ? Comment faire la part du stress, voire des relations banalement conflictuelles ? (…) Dans un domaine où tabou et non-dit rendent le dialogue si difficile, la voie de la conciliation est très étroite. Mieux vaut pourtant s’efforcer, le plus en amont possible, de lui donner sa chance. » (dossier Harcèlement et collectivités locales).   Constatant que ces méthodes “pas toujours orthodoxes” sont toujours de mise, Bernard Béguin a lancé un appel à la lutte contre les pratiques abusives et engagé un travail de veille solidaire, faisant du portail de P com’ Publique le “réceptacle attentif des incidents de carrière” de la profession. « Qu’elles soient passées ou malheureusement présentes, la diffusion de vos expériences (et de leurs “issues”…) est précieuse pour l’ensemble de notre communauté. Au-delà des actions que l’association professionnelle va mener… », explique-t-il dans la dernière newsletter2 de P com’ Publique. « Cet observatoire des mauvaises pratiques, outre ses vertus d’information, nous sera certaine-ment utile pour des combats futurs. En attendant, il permettra de mettre “gentiment” au piquet les employeurs – et pourquoi pas un grand prix “Bonnet d’Ane” ? – qui, en toute impunité, forts de l’isolement de l’agent, se séparent ou “placardisent” des communicants dans des conditions inacceptables », précise P com’ Publique.   Une action complétée par une aide très concrète de l’U.N.P.C.P pour assister les victimes, les conseiller sur les démarches à entreprendre, les attitudes à adopter et les stratégies à mettre en place. Comme le rappelle l’association : “Qu’il s’agisse de harcèlement, licenciement ou mise au placard, le pire est de rester isolé.”  Dernière minute Au même moment3, Territorial.fr nous apprend que le directeur de cabinet du maire (PCF) d’Echirolles venait d’être condamné à 18 mois de prison avec sursis pour harcèlement moral auprès de trois employées…Lire l’article >>     < font size=”1″>1 L’Union Nationale des Professionnels de la Communication Publique (UNPCP) est née le 5 avril 2005 des cendres de l’ancienne APROCOP. Bernard Béguin en est délégué général. 2 Dans cette newsletter du 18 juin, l’Edimestre du Portail Pcompublique adresse par ailleurs ce message personnel à son public : « Je vous laisse les clefs pendant quelques semaines, histoire de me retaper les cellules de la moëlle osseuse. ». Nous lui souhaitons une prompte victoire dans ce nouveau combat ! 3 Article du 21/06, “Les Actus de la rédaction” de Territorial.fr

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

2 pensées sur “Harcèlement et licenciements abusifs dans la FPT

  • 21 juin 2006 à 6 h 00 min
    Permalink

    BB s’attaque à un tabou : ces pratiques sont bien toujours de mise dans la fonction publique (même si ça reste des "on-dit" qui n’a jamais entendu dire?) , et peut-être même plus dans la FTP qu’ailleurs en raison de la multiplication des "petits chefs" (de service). Bonne chance à lui dans tous ses combats!

    • 21 juin 2006 à 7 h 09 min
      Permalink

      Nous ne disposons d’aucun chiffre pour vous dire si ces pratiques sont plus courantes dans le secteur public que dans le privé : quoi qu’il en soit, elles méritent d’être dénoncées !

      A toutes fins utiles, un article juridique est aussi en préparation sur le sujet…

Commentaires fermés.