L’e-administration : mutualiser pour être performant

par Tiffany Assouline 

Depuis le temps que l’on en parle, depuis le temps que l’on espère, la gestation est lente, les expérimentations nombreuses. La lourdeur administrative, le manque d’équipement des ménages, le manque de formation des personnels autant que des citoyens, tout cela aurait pu avoir raison du rêve que beaucoup ont formé depuis 10 ans : l’e-administration.  Grâce à l’ADSL, à Alice, Neuf Cégétel, Free et autres FAI, les “box” se sont multipliées, les lignes se sont dégroupées, et presque plus aucun foyer ne se voit privé de son petit coin d’Internet… Enfin, j’ai dit PRESQUE… ce n’est pas comme dans Astérix où une bande de Gaulois fait de la résistance contre l’envahisseur romain, non… c’est plutôt des “territoires déconnectés”, des “déserts de Google”, qui restent encore à pédaler au 512, quand ils ont de la chance… Néanmoins, il aura fallu pas moins de 5 ans pour voir se monter une expérience originale qui a abouti récemment à la création du “GIP e-bourgogne“. Kezako ?   L’arrêté publié au Journal Officiel en date du 18 avril dernier précise : “le groupement d’intérêt public “E-Bourgogne, pour le développement de l’administration électronique” (…) a pour objet de mettre en oeuvre une plate-forme électronique de services dém  atérialisés fournis aux usagers (particuliers, entreprises, associations…) par l’ensemble des organismes publics ou privés chargés d’une mission de service public, dans une perspective de modernisation de l’administration et d’amélioration de l’accès aux services publics. Le groupement est constitué entre l’Etat, le conseil régional de Bourgogne, le conseil général de la Côte-d’Or, le conseil général de Saône-et-Loire, le conseil général de la Nièvre et le conseil général de l’Yonne.”

Historiquement, c’est en 2003 que le gouvernement propose à la région Bourgogne d’expérimenter une plateforme régionale d’administration électronique. En procédant par étapes successives, le dispositif a mis en ligne en 2005 une salle régionale dématérialisée des marchés publics, puis en 2006 un premier volet de “l’Atelier des projets”. Le projet a été proposé en 2006 à cinq régions européennes et la Bretagne a notamment décidé de suivre le modèle à travers son syndicat mixte. En décembre de la même année, e-bourgogne obtient le seul label français des “bonnes pratiques” en e-government de la Commission européenne. Le coeur du projet repose sur la mutualisation des pratiques, des outils et le partage des coûts afin d’offrir une palette de e-services faciles à mettre en ligne pour les émetteurs et facile d’accès et d’utilisation pour les e-utilisateurs/administrés

La création du GIP correspond à la troisième étapes du processus, qui comprend également le lancement d’une procédure visant à entrer dans une démarche du partenariat public privé (PPP). En tant qu’expérimentation, l’objectif est bien l’essaimage de ces nouvelles pratiques “garantes d’un territoire innovant, entrepreneur et solidaire”, comme le souligne François Patriat, Président du Conseil régional de Bourgogne. Ainsi, lors du dernier Salon des Maires et Collectivités Locales, il était possible de se procurer une brochure très complète décrivant l’ensemble du dispositif de cette expérience pilote. A suivre… Voir www.e-bourgogne.fr

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn