En 1900 le piéton avait déjà de l’avenir

Si comme le veut la sagesse proverbiale “c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes”, jetons un œil plus d’un siècle en arrière sur la rue de l’Avenir, trottoir roulant installé à Paris pour permettre aux élégantes de visiter l’Exposition universelle de l’année 1900 sans trop se fatiguer.

Les trois kilomètres et demi de ce trottoir roulant permettaient de circuler à 8 km/h et de parcourir une boucle autour du site de l’exposition en moins d’une demi-heure, soit un cheminement passant par les Invalides, le quai d’Orsay, le Champ-de-Mars, l’avenue de la Motte-Picquet et la rue Fabert.

L’esprit de progrès qui nimbait l’Exposition envisageait donc la marche à pied, certes quelque peu assistée, comme une solution aux déplacements, en complément aux omnibus et tramways qui quadrillaient déjà la ville. Et avec ses 14 000 piétons par jour la rue de l’Avenir tendait à démontrer qu’elle en avait (de l’avenir). L’histoire ne lui donnera cependant pas immédiatement raison.

“La circulation dans Paris c’est une question de vocabulaire”

Battue à plates coutures par la séduisante automobile qui transformera plusieurs générations en conducteurs et fera dire à Michel Audiard que “la circulation dans Paris c’est une question de vocabulaire”, la marche à pied aura donc dû attendre 120 ans pour à nouveau se poser en solution. Soutenu par des applications sur Smartphone tantôt ludiques tantôt efficaces, promu tous azimuts par le corps médical, les coachs en bien-être et les autorités organisatrices, le pas du piéton est désormais une composante à part entière de la mobilité.

10 000 pas par jour

“Descendez du bus un arrêt plus tôt” nous propose tel réseau, “faites 10 000 pas par jour” nous rabâche l’OMS… En 2021 le piéton est la star du bitume et la marche à pied le véhicule le plus tendance, bien aidé par une crise sanitaire qui oblige à une distance sociale introuvable en heure de pointe dans les transports de masse.

De ci de là une signalétique indiquant les points d’intérêt et le temps nécessaire pour les rejoindre surgit, des trottoirs s’élargissent et deviennent même accessibles à tous. En zone de travaux la continuité piéton est rétablie en empruntant une place sur la chaussée : un miracle ! Le progrès est en marche.

Reste juste à traiter ce nouveau conflit avec les trottinettes (un autre progrès venu des USA, voir ci-dessous) et les vélocipèdes. Avant 120 ans ?

Auto-ped de Mr Charron, New York [Agence Rol]. Source : Gallica, Bibliothèque nationale de France.
Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Olivier Genevois

Elevé à la pub des 80′s, biberonné au réalisme du marketing, enthousiasmé par les questions globales liées à la Cité, j’ai co-fondé Sennse avec ce joyeux mélange d’aspirations personnelles et de savoir-faire professionnel. Depuis plus de 20 ans je décortique ainsi les enjeux techniques et politiques des institutions, je réponds aux questions très concrètes des opérateurs de transport, je partage les réflexions d’avenir des urbanistes, je me confronte aux exigences divergentes des usagers-consommateurs-citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *