(Étude #4) : Seulement 40% des départements ont un compte Twitter !

(Étude #4) : Seulement 40% des départements ont un compte Twitter !

SHARE
, / 1497 0

Focus sur l’usage de Twitter par les départements, dans ce quatrième volet de notre étude sur « les collectivités et les réseaux sociaux ». Nous avions vu récemment que, contrairement à Facebook, l’oiseau bleu n’était pas le fort des Régions. Qu’en est-il pour les départements ? Force est de constater que le bilan est encore plus mauvais, puisque seulement 40% d’entre-eux possèdent un compte et 20% un community manager. À l’heure où les adolescents et le grand public s’emparent massivement de Twitter, seuls certains Conseils généraux sortent du lot. Ni l’intérêt, ni l’enjeu, ni encore moins les codes de l’outil ne semblent avoir été compris.

Voir l’infographie complète sur Pinterest.

Après six ans d’existence et 140 millions d’utilisateurs actifs dans le monde, Twitter est devenu en quelques temps le chouchou des internautes et des médias. Pas des collectivités, c’est certain. Alors que les chaînes de télévision surfent sur la vague de migration massive des ados, et n’hésitent pas à communiquer en amont sur les hashtags des émissions, ou relaient encore à l’écran les tweets des internautes… pour beaucoup de territoires, tout cela est encore de la science fiction ! Pour les départements qui ont fait le choix d’une présence, le manque de maîtrise des usages de l’outil ressort de manière forte : la majorité a visiblement encore du mal à comprendre que Twitter nécessite de maîtriser certains codes de langage, que ce n’est pas qu’un support auto-centré pour parler de « moi moi moi » ni un « panneau lumineux » de 140 caractères ! Rien de vraiment étonnant, puisqu’ils sont seulement 20% à avoir, en interne ou externe, professionnalisé le poste de community manager.

Top quanti : nombre de followers et portée

À l’instar de notre étude sur Twitter et les régions, nous avons relevé le nombre de “followers” (abonnés) mais aussi la portée par territoire (pourcentage de la population de plus de 15 ans atteint par l’outil, selon les chiffres Insee 2009). Ces deux valeurs sont prises en compte pour établir le premier classement « quanti ». En haut de classement, ce sont ainsi l’Orne, le Rhône et la Loire-Atlantique qui arrivent premiers ex æquo ! En deuxième position nous retrouvons la Seine-Maritime suivis par le Cher, la Savoie et le Val-de-Marne.
Quantitatif
1. Orne (followers : 1343 – portée : 0,46%)
1. Rhône (followers : 2927 – portée : 0,21%)
1. Loire-Atlantique (followers : 2515 – portée : 0,25%)
2. Seine-Maritime (followers : 1876 – portée : 0,18%)
3. Cher (followers : 905 – portée : 0,35%)
4. Savoie (followers : 844 – portée : 0,25%)
5. Val-de-Marne (followers : 1114 – portée : 0,11%)

Top quali : engagement, posture et volonté de dialogue

Pour l’approche qualitative, nous avons gardé la même méthode d’analyse que précédemment avec les régions. De quelle façon la collectivité communique-t-elle avec ses habitants ? Sur quels sujets échange-t-elle? A-t-elle automatisé son fil Twitter ? Quel est son rapport aux autres utilisateurs ? Se sert-elle de l’outil de façon optimale ?  Le ratio followers / following est-il bon ? Les contenus éditoriaux sont-ils 100% auto-centrés traduisant une incapacité à sortir de l’auto-promotion ? La fréquence des tweets (dont la durée de vie n’excède généralement pas, on le sait, 2 à 3 minutes) est-elle suffisante ? Le taux d’engagement (nombre de retweets et mentions divisé par le nombre de followers x 100) montre-t-il un impact des messages sur les cibles et surtout la participation de celles-ci ? Ou bien les tweets font-ils « plouf » en tombant dans l’oubli ? Quelle en est l’audience effective (nombre de personnes uniques ayant vu au moins un tweet de la collectivité, que ce soit en direct ou via les retweets) ? Le nombre de RT et mentions (qui montre l’ouverture aux autres et au dialogue de la collectivité) est-il suffisant ou inexistant ?
Après passage au peigne fin de tous ces critères, ce sont les Landes, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis ainsi que le Gard que l’on retrouve en haut du podium ! Voici le top 5 qualitatif :
1. Landes (17,8/20)
2. Hauts-de-Seine (16,6/20)
2. Seine-Saint-Denis (16,6/20)
3. Gard (16,5/20)
4. Loire-Atlantique (14,7/20)
5. Yvelines (14,5/20)
5. Maine-et-Loire (14,5/20)

Classement général

Pour finir notre classement, le général est la somme des points obtenus dans les parties quantitative et qualitative. Comme pour chaque étude, nous avons volontairement laissé la part belle à cette dernière qui comporte plus de critères et se mesure donc sur un nombre de points plus élevé que la partie quantitative.
1. Landes
2. Gard
3. Loire-Atlantique
3. Seine-Saint-Denis
4. Hauts-de-Seine
5. Val d’Oise

Ce quatrième volet montre, une fois de plus, de nombreuses lacunes dans l’utilisation que font les départements de Twitter et l’on retrouve un peloton de tête constitué à peu près des mêmes départements dans chaque catégorie. On relève également des faiblesses similaires chez le reste des collectivités. De plus, la fréquence des tweets, qui est centrale pour la visibilité d’un territoire, reste très faible (en moyenne 10 par semaine) ce qui a une conséquence indéniable sur le nombre peu élevé de followers.
Nous restons, bien entendu, toujours ouverts aux remarques et corrections éventuelles.

Départements
Classement quantitatif
Classement qualitatif
Classement général

Ain
16
16
15

Aveyron
29
29
33

Bas-Rhin
10
7
7

Bouches-du-Rhône
17
24
26

Calvados
25
11
13

Charente
19
34
35

Cher
3
26
25

Côte d’Or
22
33
34

Doubs
30
25
30

Drome
17
35
36

Essonne
19
14
17

Eure-et-Loir
12
19
21

Finistère
28
10
14

Gard
7
3
2

Haute Garonne
18
26
28

Hauts-de-Seine
15
2
4

Ille-et-Vilaine
19
30
29

Indre
20
17
19

Landes
8
1
1

Loire-Atlantique
1
4
3

Loiret
14
20
24

Lozère
24
27
29

Maine-et-Loire
13
5
9

Mayenne
26
15
20

Meurthe-et-Moselle
19
12
14

Oise
27
31
31

Orne
1
23
18

Pas-de-Calais
21
28
29

Rhône
1
13
11

Saône-et-Loire
24
32
32

Savoie
4
9
8

Seine-et-Marne
23
17
22

Seine-Maritime
2
16
12

Seine-Saint-Denis
11
2
3

Val d’Oise
6
6
5

Val-de-Marne
5
18
16

Vendée
10
8
10

Vienne
9
22
23

Yonne
25
21
27

Yvelines
10
5
6

Téléchargez l’étude complète ici.

Voir aussi :
La méthodologie
Étude #1 : Facebook et les régions
Étude #2 : Twitter et les régions

Étude #3 : Facebook et les départements

Étude Twitter et les départements from Adverbia

Ils en parlent…

La gazette des communes
Le Conseil Général des Landes

—-
[ERRATUM] Une erreur s’est glissée dans notre étude « Twitter et les départements » ; merci au Conseil général du Loir-et-Cher pour son alerte. En effet, le département dispose bien d’un compte Twitter. Hors classement cette année, nous ne manquerons pas de l’ajouter lors de la mise à jour de l’étude.
how to start a home based business

Aucun Commentaire

  • Hamonou dit :

    Merci pour la publication de cette étude! En revanche je ne vois pas l’Ille-et-Vilaine? CM au CG35 depuis 1 mois et demi, je m’occupe entre autre du compte twitter @cgilleetvilaine qui existait déjà depuis presque un an. L’Ille-et-Vilaine fait donc bien partie des départements qui ont un compte twitter!
    A votre dispo pour en discuter d’ici la prochaine étude!

  • Thomas dit :

    Paris peut être considéré comme un département a priori puisque les deux entités territoriales (ville et conseil général) sont fusionnées. cela fausse sans doute votre classement avec ses 37 335 abonnés et plus de 6000 tweets

  • Bonjour, je tiens à vous signaler l’oubli du CG41 (Loir-et-Cher, aka @cg41) au sein de votre étude tome #4.
    Cordialement,
    @c_farrugia

  • Bonjour,
    Vraiment pas mal votre analyse, du bon boulot !
    Il y a encore des lacunes dans la maîtrise de la e-réputation dans certaines de nos belles régions.
    A eux de vite réagir !