Smart city: l’expérimentation de Dijon
, / 544 0

Smart city: l’expérimentation de Dijon

SHARE
Smart city: l’expérimentation de Dijon

Expérimenter la smart city à l’échelle d’une métropole : l’exemple de Dijon

Le concept de « smart city » ou « ville intelligente » est en passe d’être expérimenté à l’échelle d’une ville entière.

La métropole de Dijon qui regroupe 24 communes et 256 000 habitants a donné le coup d’envoi en septembre dernier de sa transformation en ville intelligente. Elle confie à un consortium, Bouygues et Citélum (filiale d’EDF) les clés de la maison pour connecter et centraliser l’ensemble des services de la ville.

Une ville déjà connectée

Ce n’est pas une première pour cette ville très au fait sur les solutions et les équipements intelligents. La ville avait déjà installé un système d’alertes relié aux compteurs d’eau chez les personnes âgées pour que les proches soient prévenus si le robinet n’a pas été ouvert depuis plusieurs heures. De même la voirie est équipée de feux de signalisation connectés donnant la priorité aux bus. Par ailleurs, les 400 véhicules de fonction sont assortis d’un système de géolocalisation. Certains quartiers anciens sont également protégés de la circulation par un accès limité aux seuls véhicules de livraison et aux riverains, grâce à des bornes pilotables à distance.

Suite à l’appel d’offre lancé pour devenir une smartcity, la ville passe à la vitesse supérieure en centralisant et connectant l’ensemble des services de la ville. Le projet ambitieux prévoit la création d’un poste de pilotage centralisé de tous les services municipaux. L’installation d’un ensemble d’objets connectés permettra d’enregistrer en temps réel l’état des services municipaux. Etat du trafic, stationnement, propreté, qualité de l’air… Ce fonctionnement donnera les moyens à la ville d’être le plus réactive possible. Parallèlement les habitants pourront également signaler tout événement significatif : un accident, un trou sur la chaussée, une défaillance du mobilier urbain….

Les données numériques au cœur de la ville

La centralisation des données rendue possible grâce à une plateforme opendata sera profitable à la ville pour optimiser ses services, et le sera aussi pour les habitants. Ces derniers seront informés en temps réel sur l’état du trafic, la pollution de l’air, les places de stationnement disponibles. De quoi faciliter et anticiper au mieux les déplacements.

Qui dit smart city dit aussi une ville qui gère « intelligemment » sa consommation d’énergies.

La filiale d’EDF rénovera l’éclairage public à l’aide de points lumineux à LED équipés de capteurs de présence. L’intensité de l’éclairage des lampadaires variera en fonction de la fréquentation dans la rue (passage d’une voiture, d’un piéton, d’un chat) et de la luminosité environnante. Ces capteurs devraient permettre de réaliser des économies d’énergie de 65%.

Ce projet de ville intelligente devrait être créé en 2018. Une expérience à suivre de très près.