Ces installations olympiques abandonnées

Des milliards dépensés pour des sites qui ne servent plus. Dans certains pays, les Jeux Olympiques ont laissé le souvenir d’une gabegie financière dont les habitants sont les grands perdants.

Des sites fantômes

A peine six mois après des Jeux glorieux, Rio semble délaisser ses installations. Les portes du centre aquatique et du stade olympique restent fermées car leur entretien est trop coûteux. Un scandale pour les Cariocas qui ne peuvent en bénéficier.

A Pékin, de nombreuses infrastructures construites pour les Jeux de 2008 se détériorent faute d’être utilisées.

Athènes offre un spectacle aussi désolant. Le souvenir des Jeux Olympiques de 2004 y flotte comme un sinistre fantôme pointant la mauvaise gestion de l’argent public. A la périphérie de la capitale grecque, les anciens sites olympiques ont des allures de villages abandonnés. Ici un bassin de plongée vide, là un bassin d’entrainement colonisé par les grenouilles, plus loin la piscine olympique fermée et délabrée. Le parcours de kayak est à sec et les sièges de ses tribunes désespérément vides. Quant au terrain de beach volley, il a disparu, envahi par les mauvaises herbes.

L’héritage olympique en question

La nature a aussi repris ses droits à Sarajevo sur la piste de saut à ski et sur la piste de bobsleigh, aujourd’hui recouvertes de mousse. Les installations des Jeux Olympiques de 1984 ne sont plus que des vestiges. L’ancien complexe olympique a même trouvé une autre vocation : c’est aujourd’hui un cimetière… La faute à un manque de moyens ou d’utilité ?

Devant ce gaspillage de l’argent public et pour éviter que d’autres cimetières olympiques ne se reproduisent, il devient primordial de réfléchir à l’héritage des infrastructures créées. Leur conception doit tenir compte de leur deuxième vie pour offrir aux habitants des sites durables et réellement adaptés à leurs besoins. Une manière de rendre les Jeux à ceux qui les financent.

A lire aussi

L’exemple réussi de Barcelone

Ce qu’il reste des Jeux de 1924

Les Jeux Olympiques de 2024, un coup d’accélérateur pour le Grand Paris

Une loi olympique

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *