Au cœur du nouveau programme national de renouvellement urbain, la participation citoyenne

Un incubateur de la ville de demain

Le nouveau programme de renouvellement urbain lancé en décembre 2014, c’est pour des millions d’habitants, passer de la ville subie à la ville choisie et pour les collectivités qui en bénéficient, l’opportunité de lutter durablement contre les inégalités de toute nature. Porté par l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), ce nouveau programme vise à transformer les quartiers qui en bénéficient en autant de chantiers d’avenir et d’espérance

Ce sont ainsi plus de 5 milliards d’euros, financés grâce au concours d’Action Logement et générant plus de 20 milliards d’euros d’investissements locaux, qui vont permettre de vastes travaux dans toute la France pendant 10 ans. En complément de ces 200 quartiers d’intérêt national, identifiés par le Conseil d’administration de l’ANRU, 200 sites d’intérêt régional ont également été repérés par les préfets de région dans le cadre d’une réflexion avec les collectivités. 50 quartiers d’intérêt régional dits «signalés» présentant des enjeux importants, sont d’ores et déjà identifiés.

La participation citoyenne au cœur de la politique de la ville

La participation citoyenne est au coeur de la loi qui consacre le principe de co-construction de la politique de la ville avec ses premiers bénéficiaires : ses habitants. Le pouvoir d’agir des habitants dans ces quartiers prioritaires de la politique de la ville est renforcé au moyen des « conseils citoyens » afin de « favoriser la prise de parole, garantir la place des habitants dans toutes les instances de pilotage du contrat de ville, créer un espace de propositions et d’initiative à partir des besoins des habitants des quartiers mais aussi assurer le renouvellement démocratique et la recréation d’un lien trop souvent distendu entre eux et des institutions de plus en plus marquées du sceau de la défiance. »

Composés de volontaires, d’associations et d’habitants tirés au sort, les conseils citoyens comportent autant d’hommes que de femmes et sont associés à l’ensemble des projets menés dans ces quartiers. Des maisons du projet dans chaque opération de renouvellement urbain permettent également de mieux faire vivre ces principes au quotidien et d’ajuster ces opérations à la réalité vécue par ses habitants.

Une communication évolutive et toujours plus proche

Depuis la loi Borloo (Loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine) de 2003, l’ANRU a souhaité mettre en œuvre des supports d’information et de sensibilisation du public appropriables et à l’image des habitants. Grâce à des outils innovants et pédagogiques adaptés aux publics des quartiers, la participation citoyenne a été largement promue dès l’élaboration des projets, de leur mise en œuvre ou de leur évaluation.

Web-documentaire, balades urbaines, pages Facebook, diagnostic en marchant, films, livres de mémoires ou exposition de photographies, autant d’outils permettant de nouer des relations de proximité avec les habitants afin d’en faire de véritables acteurs du renouvellement de leur quartier au plus grand bénéfice des projets.

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Eric André

Après un double cursus en droit public et en géographie, j’ai débuté ma carrière en tant que chargé de mission au Parlement européen, puis collaboré à la DATAR, avant de devenir assistant parlementaire au Sénat. Curieux des pratiques de démocratie participative, alors en éclosion, j’ai rejoint un cabinet de conseil en aménagement, en 2000, avant de créer l’agence EA Conseil quelques années plus tard. Je suis désormais directeur conseil responsable du pôle concertation et débat public. Attaché à la géographie, comme clé de compréhension des faits politiques et culturels, j’ai présidé l’association des cafés géographiques et poursuit une collection de manuels scolaires en géographie et d’atlas anciens. Pour me contacter e.andre@sennse.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *