Débat sur les inégalités numériques à l’école

Débat sur les inégalités numériques à l’école

SHARE
, / 1758 0

Dans leur article publié en début de semaine dernière sur le monde.fr, Florence Durand-Tornare et Anna Angeli développent le problème des inégalités numériques entre les établissements scolaires des différentes collectivités territoriales de l »Hexagone, mais aussi entre la France et ses voisins européens.
Au-delà du débat lancé par la déléguée générale et la chargée du projet Écoles Internet de l »association Villes Internet, c »est un problème plus large qui divise les citoyens : l »informatique à l »école, simple gadget ou véritable outil pédagogique?
table-d-ordinateur-pour-ecole-120734.jpg

1143599-1469689.jpgL »éducation nationale compte aujourd »hui un ordinateur pour un peu plus de 12 élèves quand le Royaume-Uni ou la Finlande en comptent un pour cinq. C »est la première chose que relèvent les deux auteurs dans le rapport du député UMP Jean-Michel Fourgus, Réussir l »École Numérique. Le constat est ici clair et sans appel, la France est en retard sur l »informatisation de son système scolaire !

En France, c »est 1 ordinateur pour 12 élèves. Au Royaume-Uni, c »est 1 pour 5 !

En retard sur ses voisins européens, la France est au sein même de ses terres très inégales quant au développement des ordinateurs à l »école. Quand certaines collectivités s »impliquent pleinement dans des programmes de développement informatique, d »autres ne suivent pas.

Le Conseil Général des Bouches-du-Rhône sert d »exemple. Au delà des subventions que le « CG13″ accorde à ses établissement pour s »équiper ou encore du personnel destiné aux suivis des élèves pour les aider à mieux connaître et comprendre les ordinateurs, ce ne sont pas moins de 25000 ordinateurs portables qui sont donnés chaque années aux collégiens de 4e et aux nouveaux élèves de 3e arrivant dans le 13.

Sans-titre.jpgLes Bouches-du-Rhône confirment avec cette opération l »une des idées fondamentale qu »évoquent Florence Durand-Tornare et Anna Angeli dans leur article : « le problème ne vient pas tellement du manque d »équipement », mais davantage de la « faiblesse de la volonté politique nationale ainsi que de l »absence de feuille de route globale ».
Du rapport Fourgus ont donc émergé 70 propositions pour rattraper le retard de la France dans ce domaine.

Les outils numériques dopent la motivation des étudiants

Alors concrètement, à quoi servirait ce plan national ? Les rédactrices expliquent que « les analyses de ce rapport montrent que les outils numériques dynamisent l »apprentissage, améliorent les capacités de lecture et de compréhension des mathématiques et réduisent l »échec scolaire ».

016-haute-marne-avril-2006-ordinateurs-ecole-primaire-somme.jpgA l »heure où la quasi-totalité des jeunes utilisent régulièrement un téléphone portable et/ou un ordinateur chez eux, pourquoi en effet ne pas jouer sur l »attirance de ceux-ci pour les écrans ? « FDT » et « AA » développent une idée intéressante : n »y a t »il pas une déconnexion entre ce qu »apprennent les jeunes à l »école et ce qui les attends dans la vie active?

En un sens, le constat est indéniable. Quand l »informatique est désormais totalement indispensable dans le monde de l »entreprise, comment imaginer encore des individus arriver sur le marché du travail sans maîtriser l »outil de manière professionnelle ?

De plus, l »informatique pourrait permettre un meilleur suivi des élèves ainsi qu »une formation plus individualisée. Sans oublier que les enseignants ne travailleraient plus de manière isolé. Enfin la fin des remarques « Vous avez dû voir ça avec votre prof d »Histoire, non? »

Objectif ? Gagner en temps et en efficacité ! Que demander de plus ?

L »informatisation, OK ! Mais à quel prix ? Et pourquoi ?

Dans l »idéal, c »est vrai qu »un investissement massif dans ce domaine pourrait s »avérer profitable vu les arguments énumérés ci-dessus. Mais dans son rapport, le député recommande la modique somme d »un milliard d »€uro !

10-ipr-enfants-ordi-07d06.jpgEn dehors du coût, aussi faramineux qu »il soit en période de réforme budgétaire, la question de l »utilité des ordinateurs à l »école divise les citoyens. Toujours en s »appuyant sur l »article du monde.fr, les commentaires laissent perplexes : « On n »a jamais eu besoin d »ordinateurs pour enseigner à lire, écrire et compter », « Que viennent faire les ordinateurs dans cette histoire? ».

Le Figaro ouvrait lui un autre débat la semaine dernière dans son édition de jeudi. Le quotidien nous dévoilait une étude sur l »utilisation des téléphones portables par les étudiants en cours. Vu la difficulté qu »ont les jeunes à maîtriser leurs utilisations des outils numériques, il faudrait pour mettre en place un véritable système éducatif informatique performant, contrôler en permanence l »ensemble des ordinateurs des étudiants, maîtriser l »utilisation qu »ils en font et donc, de bloquer un grand nombre de services.

Possible ? Oui Bien sur ! Sauf que ce que Florence Durand-Tornare et Anna Angeli mentionnent dans leur article « La notion du « prof qui sait », face à un élève « page blanche » est désormais révolue », se confirme dans un sens quelque peu plus embêtant. Les jeunes semblent aujourd »hui avoir une longueur d »avance face aux professeurs dans l »utilisation des ordinateurs et dans l »art de tout débloquer.

L »informatique à l »école? Blog-territorial vous ouvre le débat…

Laisser un commentaire