Assises de l’éducation en Meurthe-et-Moselle

   Assises de l’éducation en Meurthe-et-Moselle Enseignants, éducateurs, parents, élèves : ensemble, dialoguons pour la réussite et la citoyenneté des jeunes. C’est sous cet angle innovant que le Conseil général de Meurthe-et-Moselle, avec l’appui de l’inspection d’académie, lance une démarche de concertation sur le thème de l’éducation, des collèges et des jeunes. Des assises, qui débuteront le 13 novembre, et seront clôturées en mars prochain. Pendant plusieurs mois, débats et visites de terrains sur le territoire de Meurthe-et-Moselle vont permettre de repérer les besoins, les attentes et de recueillir les suggestions et les contributions en matière d’éducation. La rédaction d’un livre blanc de l’éducation dans le département servira, par la suite, de base à la mise en œuvre d’une politique éducative territoriale mobilisant l’ensemble des acteurs du territoire autour d’un "objectif partagé de réussite éducative et scolaire pour tous".   Dans un contexte institutionnel et réglementaire qui renforce l’implication des collectivités territoriales dans les questions d’éducation et de formation, ainsi que dans un contexte territorial marqué par de très grandes inégalités en terme de réussite scolaire et d’accès à la qualification, le Conseil général de Meurthe-et-Moselle affirme ainsi son ambition de faire progresser l’enjeu de la réussite de tous dans les territoires par la mobilisation des acteurs éducatifs (enseignants, éducateurs, parents, élus locaux, acteurs socio-économiques…) et de renforcer la place des collèges en tant qu’acteurs de la vie des territoires. Les enjeux éducatifs Le sommet européen de Lisbonne, en mars 2000 avait fixé un objectif ambitieux : faire de l’Union Européenne la société de la connaissance la plus compétitive et dynamique, la plus durable.   L’enjeu : relever le défi de l’élévation des niveaux de qualification et permettre à tout individu, jeune et adulte, femme et homme, de maîtriser les nouvelles compétences de base nécessaires à l’éducation et à la formation tout au long de la vie. Aujourd’hui, 97 % des jeunes français accèdent à la classe de troisième. 70 % au niveau du baccalauréat. Dans le même temps, 750 000 jeunes quittent chaque année le système éducatif. Parmi eux, 150 000 jeunes sans aucune qualification et donc le risque complet d’exclusion sociale. De plus, il n’y a que 150 000 jeunes de niveau licence et plus, ce qui ne répond pas aux besoins d’une économie de la connaissance. Les enjeux éducatifs prioritaires d’aujourd’hui concernent ces deux extrémités. Il s’agit en effet à la fois de donner à tous une qualification professionnelle reconnue et de renforcer les capacités de notre pays en "matière grise". L’école, seule, ne peut tout faire. Et c’est bien l’ensemble de la communauté éducative qui est concernée par ce défi.   Des assises, pour quoi faire ? Les Assises de l’éducation, des collèges et des jeunes de Meurthe-et-Moselle sont un temps d’échanges et de réflexions dont l’objectif général est de travailler collectivement avec l’ensemble des acteurs de l’éducation (enseignants, éducateurs, associations, parents, jeunes) sur la (ré) appropriation, par les territoires, du fait éducatif. Il s’agira notamment de :  Partager le défi de la réussite éducative dans un territoire qui vise à permettre à chaque jeune de devenir un citoyen à part entière, acteur de et sur son environnement.  Définir la place et le rôle de l’école, du collège dans cet enjeu de réussite.  Favoriser plus largement le travail commun à tous les acteurs de l’Education.  Articuler et rendre plus complémentaires les différentes interventions qui scandent le temps de la vie de l’enfant que sont temps scolaires, périscolaires, extrascolaires et familiaux. Un site Internet accessible depuis les pages web du Conseil général et de l’inspection d’académie, Dialjeunes.com, a spécifiquement été créé pour diffuser des informations, permettre des échanges et fournir des ressources relatives à ces Assises. Le livre blanc, à travers les témoignages écrits recueillis durant les débats ainsi que les contributions sur ce site Internet, contiendra à la fois :   Des constats et des éléments de diagnostic partagés entre tous les acteurs de l’&ea
cute;ducation sur un territoire.  L’analyse des problématiques spécifiques à chaque territoire avec des pistes d’évolution et outils.   Voir le calendrier 2006-2007 (sur le forum de blog-territorial) Cliquez pour voir le calendrier     rateThis_url= »http://www.blog-territorial.fr/article-4463225.html »; rateThis_mask= » »; Customer Reviews at eShopperForum.com              Cliquez pour envoyer un commentaire audio Votez pour ce billet sur Citizenbay

Partager
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

6 pensées sur “Assises de l’éducation en Meurthe-et-Moselle

  • 8 novembre 2006 à 9 h 38 min
    Permalink

    Des visites sur le terrain afin de recueillir besoins et attentes… C’est pas mal comme systéme, très Web 1.0. !!

    Pourquoi ne pas souffler à l’oreille du gestionnaire de cette opé la mise en place d’un blog ou mieux, un wiki global et collaboratif afin que chacun puisse s’exprimer ?!

    La mise en place et animation d’un tel outil peut coûter nettement moins cher que d’aller visiter chaque collége, chaque lycée, chaque prof… et obtenir un résutat plus rapidement et sûrement qu’en s’imposant dans une salle de classe.

    • 8 novembre 2006 à 4 h 04 min
      Permalink

      … et à quand des automates intelligents pour remplacer les pions dans les collèges ? des webcams en wifi pour remplacer les inspecteurs d’académie ?

      pourquoi ne pas donner aux jeunes un wiki global et collaboratif pour qu’ils s’expriment, plutôt que des MJC ou des terrains de foot ? faudrait le souffler aux gestionnaires : ça reviendrait moins cher ! et pourquoi pas, aussi, un tout-à-l’égoût tout-numérique, plutôt que des toilettes individuelles "très web 1.0 ?" ;o))

      désolé mais on a beaucoup de mal à te répondre sérieusement, comme a pris la peine de le faire Morpheus juste en dessous !

  • 8 novembre 2006 à 2 h 35 min
    Permalink

    Mike… Serais-tu un Geeky très web 2.0 ? ;o)

    Il est vrai qu’en matière d’éducation, de travail sur le terrain, de récolte d’information, de discussion, d’échange, de débat… rien ne supplantera jamais le web 2.0

    Oublions tout contact humain, à quoi bon ? Mettons en place notre double virtuel qui saura montrer et réagir en temps réel toutes ses inquiétudes, ses demandes… beaucoup plus rapidement qu’en contact direct. Au moins nous serons sûrs de nous comprendre.
    Et puis surtout, la fracture numérique n’existe pas du tout, c’est même pas vrai ! et pour ceux qui sont en difficultés et en marge de notre société, z’ont qu’à aller au cybercafé du coin, y en a partout maintenant.

    Ainsi, tout le monde se sentira concerné par cette démarche, les profs, les parents, les élèves… tous armés de leur clavier, figés devant leur écran d’ordinateur pour rentrer dans le monde merveilleux du web2.0, où là ils seront enfin entendu et compris !

    La communication a encore du chemin à faire… Si je trouve que le concept web 2.0 est une bonne avancée, attention tout de même aux débordements. On se laisse vite prendre au jeu, on se laisse vite submerger… Il faut savoir allier tous les outils qui nous sont donné. C’est bien pour cela que le CG a aussi ouvert un espace numérique où chacun peut en effet s’exprimer également. Mais rien ne remplacera réellement la communication directe pour certains aspects fondamentaux. Ou alors annulons toutes réunions, colloques, séminaires, cours, formation, congrès, conférences… A quoi bon ?

    Enfin n’oublions pas qu’il s’agit d’écrire un Livre Blanc, qu’il s’agit d’Institutions avec tout ce que ça sous-entend et implique, enfin plein de chose à ne pas oublier, comme rester sérieux et reprendre pied dans la réalité de temps en temps.

  • 9 novembre 2006 à 9 h 21 min
    Permalink

    Une belle idée, qui méritrait sans doute d’être généralisée à d’autres départements, notamment ceux qui sont considérés comme "sensibles".

    Il s’agit, si j’ai bien compris, d’élaborer un livre blanc qui se présentera comme une sorte de diagnostic. Les diagnostics sont très à la mode et celui là a l’avantage de ne pas s’appuyer sur des données déjà recensées et donc partiellement périmées. Néanmoins, il reste que beaucoup de ces documents font l’objet d’un important travail de recherche dont les pistes de réflexion sont trop rarement exploitées. Les diagnostics tendent à se présenter comme un outil d’information utile, une base de réflexion qu’on oublie souvent de mener jusqu’à terme.

    Reste à espérer que ce livre blanc sera réellement le support de nouveaux projets, innovants et performants.

    Mais j’y crois.

    • 9 novembre 2006 à 4 h 34 min
      Permalink

      Il faut d’abord noter que les délégations à la jeunesse (et plus encore l’organisation d’assises, qui permettent d’aborder l’ensemble des problèmes d’une génération, au-delà de celui des collèges stricto sensu) ne font pas partie des missions obligatoires normalement dévolues aux Conseils généraux. Voilà pourquoi ce genre d’intiatives (également menées en Seine-et-Marne ou en Ille-et-Vilaine, par exemple) méritait d’être saluée… en espérant, comme vous dites, les voir s’étendre à l’ensemble du territoire. 

      Vous faites bien de souligner que tout restera à faire une fois que ce livre blanc, outil de base de cette concertation, aura été rédigé : c’est là que la volonté politique entrera en jeu pour que celui-ci ne reste pas lettre morte ou voeu pieu. Et nous suivrons ce projet jusqu’à son terme afin de vous tenir informés des actions concrètes qui en découleront. On y croit aussi 🙂

Commentaires fermés.